2013 : sixième année la plus chaude depuis 1850

Malgré un printemps maussade en France, 2013 rejoint la sixième place dans le top 10 des années les plus chaudes depuis 1850. Une donnée qui confirme la tendance au réchauffement climatique sur le long terme.

0
3140
Le XXIe siècle enregistre déjà treize des quatorze années les plus chaudes jamais observées. ©ThinkStock

En France, l’année 2013 a été marquée par une météo capricieuse au mois de mai puis un été rythmé par quelques jours de chaleurs extrêmes. Bilan : elle entre dans le top 10 des années les plus chaudes depuis 1850, à la sixième place précisément, ex aequo avec 2007. Preuve que le réchauffement climatique ne s’est pas arrêté en 1998, comme l’assertent les climatosceptiques.

En 2013, la température moyenne a dépassé de 0,5°C la normale

Les observations météorologiques systématiques ont débuté en 1850. Voilà pourquoi il est difficile d’établir une comparaison avec des années antérieures à cette date. Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), la température moyenne à la surface des terres et des océans en 2013 a dépassé de 0,5°C la normale calculée pour la période 1961-1990 et de 0,3°C la moyenne de la dernière décennie (2001-2010).

> Lire aussi : Le réchauffement climatique plus grave que prévu

« Le XXIe siècle compte déjà treize des quatorze années les plus chaudes jamais observées », souligne l’OMM. 2005 et 2010 détiennent le record de chaleur, avec une température moyenne dépassant d’environ 0,55°C la normale. « La température moyenne de 2013 confirme la tendance au réchauffement sur le long terme », note le secrétaire général de l’organisation, Michel Jarraud (AFP). D’après les spécialistes, la hausse des températures devrait se poursuivre, en raison, notamment, du niveau important de gaz à effet de serre observé dans l’atmosphère.

L’ONU souhaite limiter le réchauffement climatique à 2°C

Dans son dernier rapport, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a expliqué que la température de la Terre avait augmenté d’environ 0,8°C depuis 1850. Une hausse qui s’explique principalement par le développement des activités humaines, essentiellement industrielles. Et le mercure devrait encore grimper dans le futur. D’ici 2100, les scientifiques prévoient une hausse de 0,3°C dans la meilleure des situations, de 4,8°C si aucun effort écologique n’est fourni. L’Organisation des nations unies (ONU) se penche sur le problème depuis plusieurs années. Son objectif : limiter le réchauffement climatique à 2°C par rapport à 1850.

Six décennies de réchauffement climatique :


© Nasa

> Lire aussi : L’avenir du vin français menacé par le réchauffement climatique

Damien Rigat