5 choses à savoir avant de faire construire sa maison

Construire sa propre maison ne se fait pas à la légère. Pour ne pas vous tromper sur le choix du terrain, l’élaboration des plans et l’embauche des professionnels du bâtiment, suivez ces quelques conseils.

0
3190
©ShutterStock

Faire construire sa propre maison est une étape importante. Trop importante pour être laissée au hasard. Entre le choix du terrain, l’embauche des bons professionnels et la construction en elle-même, le futur propriétaire doit penser à tout. Pour les novices, voici quelques conseils à ne pas négliger.

Élaborer un plan de construction

Avant toute chose, Roland Debiais, président de l’Agence départementale d’information sur le logement de Vienne (ADIL 86), rappelle que construire une maison est souvent synonyme « d’engagement financier sur quinze ans, voire plus ». Il conseille de « se projeter dans l’avenir » pour imaginer la vie future. Par exemple, envisager d’avoir une famille ou non influencera largement le choix de la taille d’une maison, le nombre de chambres et les commodités qu’on veut y installer.

De plus, il est parfois conseillé de réaliser un plan de construction de la maison avant même d’avoir un terrain. En effet, il est généralement plus simple de trouver un terrain qui pourra accueillir la maison de vos rêves que d’adapter la maison en fonction du terrain.

Dans tous les cas, si vous n’y connaissez pas grand chose en plan de maison, il est recommandé de faire appel à un architecte ou à un professionnel compétent auquel vous allez soumettre vos envies.

Bien choisir son terrain

Le budget est sans doute le premier critère pris en compte par les futurs propriétaires. Cependant, de nombreux autres facteurs doivent être analysés. En effet, le choix d’un terrain peut déterminer la suite de la construction.

Les critères à vérifier soi-même :

En premier lieu, vous devez vous assurer que le terrain est bien constructible. Il faut également faire attention à l’orientation dans laquelle la maison pourra être fondée, à l’enclavement ou encore à la qualité du sol (terre, cailloux etc). Sur ce point, il est d’ailleurs conseillé de se rendre plusieurs fois sur le terrain et par temps différents, au cas où la pluie et le vent révéleraient de mauvaises surprises.

« Toujours se méfier d’un terrain bien situé à prix cassé », conseille M. Debiais. Cela veut souvent dire que le sol est de mauvaise qualité et que la construction de la maison coûtera plus cher que prévu. Par exemple, si le terrain est situé sur une ancienne carrière, le sol comptera de nombreuses cavités qu’il faudra combler avec des piliers pour une meilleure stabilité.

Auprès de la mairie :

Se renseigner auprès de la mairie est aussi essentiel pour voir si le futur projet de maison est adapté aux contraintes d’urbanisme de la ville. Dans le cas contraire, étudiez ce qui se fait dans les communes avoisinantes. Essayez aussi d’évaluer le montant de la taxe foncière, qui peut être trois fois plus élevée que celle de la commune voisine.

La mairie pourra également vous renseigner sur les futurs projets aux alentours, comme la construction d’un centre commercial à proximité, ou si le terrain est soumis à un droit de passage. Enfin, elle pourra vous indiquer si le terrain peut être facilement raccordé aux équipements publics (eau, électricité).

Obtenir un permis de construire

Surtout, ne débutez jamais les travaux avant d’avoir obtenu un permis de construire ! Vous pourriez le regretter amèrement. Pour l’obtenir, il suffit de déposer une demande auprès de la mairie de votre commune. Le dossier doit contenir :

– un formulaire Cerfa correspondant au permis demandé (construire, aménager ou démolir) ;

– un plan de situation du terrain ;

– un plan de coupe du terrain et de la construction ;

– un plan de masse des constructions à édifier ou à modifier ;

– une notice décrivant le terrain et votre projet avec un plan des façade et des toitures ;

– une photographie du terrain.

Si le projet dépasse les 170 m², la demande devra être appuyée par un architecte.

Si la mairie est en accord avec votre projet, le permis est délivré sous deux mois pour une maison individuelle. Si la mairie refuse, vous avez deux mois pour demander un réexamen de votre dossier. En cas de nouveau refus, vous avez de nouveau deux mois pour saisir le tribunal administratif.

Le choix des professionnels

« Ne vous laissez pas avoir par les paillettes », somme Roland Debiais. Pour le choix de l’entrepreneur, rien ne vaut le bouche à oreille. N’hésitez pas à demander conseil autour de vous, à vos voisins, vos amis ou votre famille. Si vous ne connaissez personne dans la région, vous pouvez vous renseigner sur les références de l’entreprise en consultant le Registre du Commerce et des Sociétés.

Après avoir obtenu quelques pistes, comparez les devis, tant au niveau tarifaire que qualitatif.

Assurer sa maison

Enfin, il est obligatoire de souscrire à une assurance « dommage » qui vous couvrira durant la période de travaux. En bonus, vous pouvez également prendre une assurance de « parfait achèvement » et de « bon fonctionnement » qui seront utiles en cas de malfaçons avérées.

Pour ce point, M. Debiais recommande de ne pas souscrire à l’assurance du constructeur car s’il y a un litige entre vous et lui, l’assureur se retrouvera au milieu d’un conflit d’intérêts dont vous ne sortirez sûrement pas gagnant.

Mathilde Bourge