7 astuces pour déjouer les fausses promos

-20, -30, -70%... voilà qui est tentant. Pourtant, derrière cette surenchère de rabais, se cachent parfois des pratiques commerciales douteuses. De quoi redoubler de prudence et apprendre à distinguer les vraies des fausses promos. Explications

0
4312
Les lampes basse consommation ©ThinkStock

 

Si les soldes sont idéaux pour réaliser de bonnes affaires, vous l’aurez remarqué, les opérations « promos » se multiplient tout le long de l’année. De quoi intriguer le consommateur. Que ce soit en boutiques ou sur Internet, dans l’habillement, l’ameublement, l’alimentaire, l’électroménager… fleurissent toutes sortes d’opérations marketing aux noms alléchants qui n’ont qu’un seul but : nous pousser à l’achat… Ainsi, « prix-chocs », « pré-soldes », « ventes privées », « jours fous » et consorts mettent nos méninges et notre compte en banque à rude épreuve. Si les tentations sont fortes, il est tout aussi facile de ne pas tomber dans le panneau.

 

1/ SOS étiquettes falsifiées

Depuis l’arrêté du 11 mars 2015 qui n’oblige plus les commerçants à afficher le prix de référence des produits sur l’étiquette, cette pratique est régulièrement constatée. Bye-bye le fameux prix barré qui correspondait jadis au prix le plus bas pratiqué durant les 30 derniers jours et bonjour l’arnaque ! Le commerçant doit dorénavant prouver que le tarif en vigueur a bien existé mais sans avoir à le mentionner sur l’étiquette. Pour résumer, il peut donc pratiquer les prix et la ristourne qui l’arrangent pour ne trop perdre d’argent et même parfois pour réaliser encore de très bonnes affaires.

Le bon réflexe ? Quelques jours avant les soldes ou les super promos annoncées, allez jouer les Inspecteur Barnaby en boutique et repérez les prix des produits convoités. Prenez les étiquettes et les modèles en photo avec votre smartphone. Ça vaut pour l’habillement et les petits commerçants. Vous vous servirez de cette « preuve », avec votre plus beau sourire au moment de passer en caisse. Sur Internet, prenez le temps de faire votre propre veille promotionnelle. Notez, comparez et achetez en tenant compte par ailleurs des frais de livraison qui varient d’un site marchand à un autre et qui peuvent faire gonfler la facture.

Notre conseil + Au supermarché, vous constatez que votre paquet de pâtes habituel (même contenance, même packaging) est passé de 2,70 € à 3,20 € en « prix-choc » ? Bien entendu, impossible de négocier le bout de gras en passant en caisse. Cependant, envoyez ces preuves irréfutables d’arnaques (photos des étiquettes avant et après) à la Répression des fraudes du département du lieu du magasin. Vous, vous n’y gagnerez rien mais le magasin se fera sûrement épingler… Et entre-temps, vous aurez choisi une autre marque de pâtes.

2/ Les bons comptes font les bons amis

Heureusement, pour rassurer les consommateurs, certains commerçants continuent à jouer le jeu de l’affichage du prix initial et de la réduction. Dans ce cas, vérifiez toujours que le prix soldé correspond parfaitement à la ristourne annoncée. Exemple, si un téléviseur est annoncé à 1 899 euros – 30 % et affiché à 1 350 euros, il y a comme un hic. Ce téléviseur, vous l’aurez compris, devrait vous coûter en réalité 1 329,30 euros !

Le bon réflexe ? Si le calcul mental n’est pas votre fort, usez cette fois-ci de la fonction calculatrice de votre smartphone ou emportez dans votre poche une calculette et refaites les calculs. Ça ne prend que quelques secondes et, mis bout à bout, ces manques à gagner peuvent représenter un petit pécule non négligeable si, bien sûr, vous obtenez réparation. Ensuite, allez voir le vendeur et marchandez aimablement. Ça devrait marcher.

3/ Petits prix = grosse dépense

-20 %, -30 % sur une ombre à paupières ou sur des tasses en porcelaine à 5 €, ça ne fait pas énorme, on en convient ! Alors, le plus souvent, on décide de fermer les yeux et on fait le plein d’articles dont on n’a pas forcément besoin. Du coup, on dépense plus que prévu. Une technique bien ficelée… Au supermarché, les bacs remplis de produits archi-bradés (cosmétiques, fournitures scolaires, lots de chaussettes…) sont aussi très tentants. Un conseil : craquez si vous voulez, mais ne vous attendez pas à de la grande qualité.

Le bon réflexe ? Même s’il s’agit de petits prix, par acquit de conscience et quand c’est possible, vérifiez toujours leur état, la provenance des produits et leur composition. Vous vous en voudriez d’avoir fait le plein de tasses ébréchées ou de biberons certes pas chers mais contenant du bisphénol A. Quand il s’agit de produits alimentaires, là encore, vérifiez les dates limites de donsommation (DLC), sûrement très proches

 

4/ Les pièges de la précipitation

Certaines promos sont tellement énormes qu’on est en droit de réfléchir avant d’acheter. Ça n’aura pas empêché il y a un an quelques centaines de naïfs de craquer pour les smartphones vendus sur la Toile à 1 euro. Non, seulement ils ont été prélevés de leur dû (dans certains cas sans jamais le recevoir) et dans la précipitation. Vous savez, les petites lignes de bas de contrat qu’on ne lit jamais ? Celles qui, présentement, informaient les clients de leur participation à un tirage au sort pour gagner le smartphone de leurs rêves et à leur souscription à un abonnement mensuel de 70 à 90 euros pour de la musique, des jeux vidéo… Gloups !

Le bon réflexe ? Même si ces sites sont régulièrement signalés et « fermés », ce genre d’arnaque se renouvelle régulièrement. Plus c’est gros, plus… c’est un piège !

5/ Juste une question de feeling

Vous en conviendrez, il est parfois difficile de savoir si on a affaire à une vraie promo ou non. Dans le genre opaque, évoquons les transports. Les promos pour les billets d’avion ou de train clignotent de partout sur la Toile… Mais sachez qu’il n’existe pas de prix fixe en la matière.

Le bon réflexe ? Dans ce cas, vous ne pourrez compter que sur votre flair ou votre bon sens pour reconnaître qu’un Paris – Lille en TGV à 20 euros en première classe est une super bonne affaire par rapport aux 50 euros habituels observés en moyenne sur la distance en seconde classe. Pareil si une compagnie régulière vous propose un vol AR Paris – New York à 260 euros au lieu des 800 – 1 000 euros généralement constatés, c’est une super bonne affaire. Enfin, attention aux compagnies low cost : de vrais bons plans certes sur les distances courtes et à condition de ne pas avoir à enregistrer trop de bagages qui feront flamber le prix du billet.

6/ Ça baisse… sauf les prix !

Le samedi matin, c’est le rituel des courses au supermarché ! Et ça n’aura échappé à personne : grandes marques comme marques distributeurs ont toutes succombé à la mode des formats rétrécis et à la transformation osée des produits, sans pour autant revoir leurs prix à la baisse. Au revoir les bacs de glace d’un litre – pourtant annoncés tels quels – et qui ne pèsent en réalité que 700 g : les fabricants remplacent la crème par de l’air, soi-disant pour la rendre plus onctueuse. Bonjour les paquets de biscuits, passés de 200 g à 170 g, le pot de fromage blanc délesté de 150 g sur l’emblématique pot d’un kilo, les bouteilles d’eau pétillante passées de 1 litre à 75 cl ou les paquets de sucre d’un kilo allégés d’un seul coup d’un seul de 250 g de cristaux… Pire encore, certaines marques osent nous tromper sur la marchandise. C’est le cas d’une célèbre marque française de rillettes de porc qui a inventé le pot à triple fond et a augmenté la couche de saindoux, au détriment des rillettes, impossible à démasquer à l’œil nu.

Les bons réflexes ? Vérifiez toujours le prix au kilo du produit et comparez-le avec les autres marques. Les produits à surveiller de près : le jambon sous cellophane, toujours plus fin présenté dans un emballage toujours plus épais, les dosettes de café lyophilisé passées de 18 à 16 sans changer d’emballage… Détaillez bien les étiquettes pour vous assurer que le produit a été un minimum transformé… Zappez les offres purement marketing du type : « nouvelle recette », « encore plus onctueux », « nouvelle présentation »… qui cachent une modification du contenu et du prix. Enfin, attention aux formats familiaux, aux lots de deux voire trois produits, souvent plus chers qu’au détail.

7/ Halte aux comparateurs de prix

Vous achetez tout sur la Toile : vos billets d’avion, votre assurance habitation, vos courses, votre électroménager… Pour gagner du temps et aussi, pensez-vous, de l’argent ! C’est sûr, vous trouverez toujours via ces sites un marchand qui proposera une offre sensationnelle… Exemple, vous recherchez une référence de four à micro-ondes à fonction crisp en promotion ? Mises en avant, trois offres de sites Web. Ce sont celles de sites qui ont un contrat publicitaire avec le comparateur mais qui ne proposent pas forcément les meilleurs prix. Et parfois, un peu plus bas sur la page de votre recherche, vous trouverez encore moins cher…

Le bon réflexe ? Utilisez de préférence les comparateurs pour vérifier les prix à titre indicatif. Ensuite, achetez sur le site pratiquant la meilleure offre.

Sabrina Bailleul