masquer
Enquête

Echec scolaire: la 3e et la 2nde propices au décrochage

Le 20/09/2012 à 12:21:07
Vues : 1107 fois JE REAGIS

Parmi les 15 000 élèves qui décrochent chaque année du système scolaire, la majorité sortirait des classes de troisième et de seconde.

Selon une enquête Trajectoires/Afev, les classes de troisième et de seconde seraient les plus propices au décrochage scolaire. Des révélations qui semblent logiques, puisque les élèves arrivent dans ces classes à environ 16 ans, l’âge où la scolarité n’est plus obligatoire.

L’étude, publiée mercredi à l’occasion de la cinquième journée de refus de l’échec scolaire, a été menée auprès de 186 jeunes au sein de structures comme les micro-lycées et les missions locales, ayant donc déjà entamé un processus de « raccrochage ».

Les résultats de leur questionnaire ont révélé que 32 % d’entre eux ont commencé à décrocher des cours en seconde et 17 % en troisième. Ces jeunes ne sont pas représentatifs de l’ensemble des élèves qui décrochent, mais les jeunes hors structures adaptés sont, selon les enquêteurs, difficiles à approcher.

Décrochage : des élèves mal orientés ?

L’enquête avait également pour but d’identifier la cause de ces échecs scolaires. Dans un premier temps, les élèves interrogés ont déclaré qu’ils avaient beau être physiquement présents en classe, leur esprit était ailleurs, ils n’ « accrochaient » pas.

C’est ainsi que peut débuter l’engrenage : manque de motivation, découragement suite aux mauvaises notes, manque de confiance en soi… Un cercle vicieux dont certains veulent sortir et parfois, la seule solution à laquelle il songe, est de tout arrêter.

D’autres élèves pointent leurs mauvais choix d’orientation et déplorent que personne ne les ait conseillés. En effet, 71 % des sondés pensent avoir été mal orientés, et 59 % disent avoir subi leur orientation.

Mais tout n’est pas perdu pour ces jeunes, puisque suite à leur entrée dans ces établissements spécialisés, 80 % d’entre eux avaient désormais un projet de formation.

En France, le décrochage scolaire touche environ 15 000 jeunes par an, selon l’Afev.

Par Mathilde Bourge

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image