masquer
Affaire de famille

Jean-Marie Le Pen serait-il jaloux de sa « petite bourgeoise » de fille ?

Le 06/07/2012 à 20:28:50
Vues : 1101 fois 1 REACTION

Jean-Marie Le Pen se livre dans une interview, publiée dans le quotidien britannique The Times ce vendredi 6 juillet. Il y qualifie sa fille de « petite bourgeoise » et tient, une nouvelle fois, des propos plus que douteux sur les immigrés.

Dans une interview accordée à The Times, ce vendredi 6 juillet, Jean-Marie Le Pen lance, une nouvelle fois, quelques piques à l’encontre de sa fille Marine.

Véritable bataille de génération, l’ancien président du Front National explique que si sa fille, aujourd’hui à la tête du parti, est plus populaire que lui et a réussi à « dédiaboliser » le FN c’est parce que « c’est une femme » et rien d’autre.

Mais l’homme, aujourd’hui âgé de 84 ans, ne s’arrête pas là. Il accuse en effet Marine Le Pen d’être une « petite bourgeoise » contrairement à lui, fils de « paysans et de pêcheurs », ayant combattu lors de la Seconde guerre mondiale. Bref, lui est un homme du peuple, sa fille, grâce à l’éducation qu’il a bien voulu lui donner, fait désormais parti de la haute société, ce qui bouleverse totalement l’image du parti.

Un Jean-Marie Le Pen contradictoire

L’ancien président du FN s’emmêle quelque peu les pinceaux lors de son interview. Il explique dans un premier temps que, selon lui, le parti n’a pas changé depuis l’arrivée de sa fille au pouvoir. Le Front National défend toujours l’Etat nation face à la mondialisation et se bat toujours contre ces « vagues déferlantes » d’immigrés, surtout de musulmans.

Mais dans un second temps, il déplore les changements que sa fille a apportés, notamment en écartant les « crânes rasés » qui supportaient auparavant le parti. Marine Le Pen souhaiterait également modifier le nom du FN, ce qui n’est pas du tout du goût du fondateur…alors, conflit d’intérêt ou réels changements dans la politique de l’extrême droite ?

Un papa jaloux de sa fille ?

Jean-Marie Le Pen, qui a fondé le FN en 1972, semble penser que le parti ne peut exister sans lui. Aujourd’hui relégué au rang de « président d’honneur », il est d’abord assuré, avant de se retirer, que la « marque » Le Pen allait perdurer. Si aujourd’hui c’est chose faite, il ne semble pas s’en satisfaire pleinement pour autant et ne cesse de multiplier les piques envers sa fille (calculés ou non ?).

Marine VS Jean-Marie: pourquoi les propos contre sa fille intéressent plus que ses déclarations racistes ?

Ce qu’on remarque au cours de cette interview, c’est que Jean-Marie Le Pen, avec l’âge, ne perd pas de vue les idées qui font sa marque de fabrique. Selon lui, la démographie en Europe est un « handicap mortel » et le continent sera bientôt l’esclave des radicaux musulmans. « Le maître sera l'Islam. Si les islamistes deviennent majoritaires en France, ce sera la Charia » a-t-il expliqué dans The Times. Avant d’ajouter que l’élite parisienne le trouvait « grossier » et « inquiétant », et que sa « réputation d’antisémite [avait] été créée artificiellement »…

Le plus triste dans tout cela ne serait-il pas que la presse parle davantage des propos à l’encontre de Marine Le Pen plutôt que de ceux-là qui sont, pour le coup, beaucoup plus virulents ? Les médias sont-ils tellement habitués à ce genre de déclarations de la part du président d’honneur du FN qu’ils ne prennent même plus la peine de les dénoncer?

Par Mathilde Bourge

Top articles
1 réaction à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image
  1. avatar
    Publiée le 06/07/2012 à 22:36:32- par Decrauze-9980

    Jean-Marie va-t-il perdre sa Marine qui souhaite sûrement, in petto, prendre les voiles ? Grotesque sortie du chenu briscard de la politique dont on se demande à quoi elle sert, hormis rappeler sa turgidité idéologique affichée par contraste avec une démarche plus tacticienne de l’ouaille affranchie ? Qu’ils s’étripent en famille, ça préservera le pays d’irrattrapables déconvenues.