masquer
Insolite

People : une « clause fidélité » dans les contrats de mariage pour éviter les adultères ?

Le 27/02/2012 à 14:46:56
Vues : 2263 fois JE REAGIS

Le couple Justin Timberlake - Jessica Biel va se marier cet été mais l’actrice aurait prévu dans le contrat de mariage une « clause fidélité » pour que son chanteur de compagnon ne soit pas tenté de la tromper. En clair, s’il va voir ailleurs et se fait épingler, il devra verser à son épouse une amende de 500 000 dollars !

On le sait, les people américains sont en avance dans tous les domaines : mode, High-tech, lieux de vacances, logement… Mais ils s’apprêtent à franchir un pas supplémentaire avec la création d’une clause de fidélité dans le contrat de mariage. D’après le site américain RadarOnline, le couple formé par Justin Timberlake et Jessica Biel devrait être le premier à la faire apparaître cet été pour leur mariage. Le deal serait alors le suivant : si Justin Timberlake venait à tromper sa future épouse et ainsi faire capoter leur mariage, il devra lui verser 500 000 dollars.

Peur que les kilos de sa grossesse incitent son mari à aller voir ailleurs

Il faut dire que l’ancien compagnon de Britney Spears et de Cameron Diaz n’est pas le plus grand partisan de la monogamie, alors forcément, sa compagne n’est pas rassurée. Celle qui interprétait Mary dans la série 7 à la maison avant de devenir une des actrices les plus séduisantes de la planète aurait en effet très peur que le poids qu’elle pourrait prendre en cas d’une éventuelle grossesse (c’est le risque) incite le chanteur à aller voir ailleurs le temps que les kilos superflus disparaissent. La confiance règne…

Même de l’autre côté de l’Atlantique, les époux se doivent fidélité et en cas de divorce, un adultère n’apporte aucun avantage pour le conjoint qui en est l’auteur. Mais jusque là, aucune clause d’un contrat de mariage ne stipulait explicitement que le fautif serait condamné à verser une lourde amende à la partie lésée. Il ne s’agit en revanche pour le couple de célébrités en question que d’une clause particulière qui pourrait certainement n’avoir qu’une influence limitée devant un tribunal. Sa démocratisation pourrait toutefois limiter certains comportements.

Par Adrien Guiset

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image