Sommeil : prenez garde à la literie

0
360
L'être humain a besoin de 7 heures de sommeil en moyenne pour être en forme. ©ShutterStock

Sujet plus complexe qu’on ne l’imagine, le sommeil ne devrait pas être pris à la légère et en particulier lorsque les adolescents sont concernés. Constat et astuces pour choisir un matelas ferme ou moelleux, garant d’une bonne nuit de sommeil.

1/3 des Français déclare mal dormir et se sentir régulièrement fatigué1, le sommeil est devenu un enjeu de santé publique majeur. Cette problématique touche l’ensemble de la population, notamment les adolescents, qui ont perdu 1 heure de sommeil par nuit en 25 ans2. En cause : un coucher tardif, l’usage prolongé des écrans mais aussi la mauvaise qualité de la literie.

En effet, selon l’étude Actijeune3 menée par l’Association Pour la Literie (APL), 60 % des adolescents dorment dans un lit qu’ils n’ont pas choisi et 65 % dans un lit qu’ils n’ont pas testé. Plus préoccupant, 12 % passent leurs nuits sur un matelas posé à même le sol ou dans un canapé-lit. L’étude démontre également qu’une literie adaptée (sommier + matelas âgés de moins de 10 ans et adaptés à la morphologie) permet à un adolescent de gagner ½ heure de sommeil par nuit, de diminuer par deux le temps d’endormissement, ainsi que le nombre de micro-réveils nocturnes.

Ferme ou moelleux

Pas de réponse toute faite. Un bon lit est avant tout adapté à chacun. Cependant, voici quelques astuces pour savoir si la literie est de bonne qualité. Elle doit favoriser le relâchement et la détente du corps. Elle est relative à la morphologie de chacun. Plus le poids est important, plus une grande fermeté est requise. Un matelas trop ferme nuit à l’alignement de la colonne vertébrale alors que le corps s’enfonce dans un matelas trop mou et la colonne s’incurve, provoquant pressions et courbatures au réveil !Quoi qu’il en soit,  il est nécessaire, dans tous les cas, d’avoir un matelas et un sommier de la même marque et compatibles.

Gérard Delautre, Président de l’Association Pour la Literie (APL) n’hésite pas à rappeler que ,« Le sommeil est indispensable à l’apprentissage et à la régulation de l’humeur chez les adolescents. Or leur literie est trop souvent négligée : de mauvaise qualité, incomplète (sans sommier), héritée d’un membre de la famille ou trop petite pour s’adapter à leur croissance rapide » Il conclut  « Pour préserver la forme physique et psychique des adolescents, les parents doivent impérativement prendre conscience de l’enjeu de la literie dans la quantité et la qualité du sommeil » conclut-il.