Airbus A380 : y a-t-il une fissure dans l’avion ?

La totalité des Airbus A380 actuellement en service devront être examinés suite à la découverte de fissures sur les ailes de certains appareils. Une décision prise ce matin par l’Agence européenne de la sécurité aérienne.

0
3455
A380 ©ThinkStock

L’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a pris la décision ce matin : tous les Airbus A380 actuellement en service, soit 67 au total, seront passés à la loupe pour détecter d’éventuelles fissures au niveau des ailes. Des gros porteurs de la compagnie Air France sont concernés. Le 20 janvier dernier, l’AESA avait déjà ordonné l’examen des appareils ayant effectué le plus grand nombre d’heures de vol, soit une vingtaine, suites à la découverte de criques (petites fentes) sur l’un de ces avions. Les inspections les plus urgentes concernaient six A380 appartenant à Singapore Airlines et deux à Emirates, la compagnie basée à Dubai. « Compte tenu du résultat de cet examen, il a été décidé de l’élargir à l’ensemble de la flotte en circulation », a indiqué le porte-parole de l’agence de sécurité.

La sécurité des passagers n’est pas remise en cause

Airbus, ainsi que les compagnies aériennes concernées, assurent que les passagers ne courent aucun danger en voyageant à bord des A380. D’autant que les fissures observées se situent dans une équerre qui relie l’extérieur de l’aile à la structure interne, une partie non stratégique en terme de sécurité. Cette information rassurante n’a toutefois pas empêché la compagnie australienne Qantas d’immobiliser l’un de ses gros porteurs, mercredi, en raison de micro-fissures découvertes dans la voilure (les ailes) de l’appareil.

L’A380 reste le plus gros avion de ligne du monde, capable de transporter 500 passagers sur deux niveaux, et même plus de 800 lorsqu’il est configuré en classe économique uniquement.

Julie Toury