Alcool : mieux vaut boire un peu que pas du tout ?

Un ancien expert de l'OMS assure qu'un homme pourrait boire jusqu'à treize verres de vin par jour sans mettre sa santé en danger. Une étude qui fait grincer des dents.

0
12140
Le Dr Poikalainen affirme qu'un homme pourrait boire jusqu'à 13 verres d'alcool par jour sans encourir de risque pour sa santé ©ShutterStock

Voici qui devrait faire pâlir les défenseurs du « zéro alcool ». Selon une étude récente, réalisée par un ancien expert de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), une consommation modérée serait bénéfique comparé à l’abstinence totale.

Pour arriver à cette affirmation polémique, le Docteur Kari Poikolainen a passé en revue toutes les études sur les effets de l’alcool publiées au cours des dix dernières années. Au terme de ses recherches, l’expert a conclu que la consommation d’alcool ne devenait dangereuse qu’à partir de treize verres de vin par jour. Sachant qu’une bouteille est équivalente à dix verres, il serait donc acceptable voire bon pour la santé d’en boire une quotidiennement.

Boire trop est pire que de s’abstenir

Plus qu’une constatation, le médecin va même jusqu’à recommander cette consommation, soulignant que les abstinents vivraient moins longtemps que ceux qui dépassent les limites aujourd’hui suggérées par l’OMS (21 verres par semaine pour un homme et 14 pour une femme). Néanmoins, le Dr Poikolainen modère ses propos en rappelant que « boire trop est pire que de s’abstenir ».

L’étude n’a évidemment pas fait l’unanimité, en particulier auprès des lobbies anti-alcool. Julia Manning, de 2020 Health, a notamment déclaré dans le Daily Mail que les recherches de l’ancien expert étaient « une contribution négative au débat ». Selon elle, le médecin « avance des propos qui ne sont pas vérifiables ». Enfin, Julia Manning rappelle qu’ « au final, l’alcool peut être toxique et ses effets négatifs l’emportent sur ses effets positifs ».

Sur le même thème :

Alcool au volant : après 55 ans, un verre c’est déjà trop

Pourquoi l’alcool désinhibe? 

Mathilde Bourge