Alcoolémie : un tatouage pour sauver des vies ?

Des étudiants auraient mis au point un tatouage éphémère qui s’illumine lorsque la personne a trop bu, grâce à une micro-puce qui mesure le taux d’alcoolémie.

0
1240
©ShutterStock

Un tatouage oui, intelligent c’est mieux. Deux étudiants de la Miami Ad School, aux États-Unis, ont mis au point un prototype de tatouage éphémère qui s’illumine lorsque la personne a trop bu, et ce grâce à une micro-puce qui analyse le taux d’alcoolémie dans la sueur. Il s’agit en réalité d’un dérivé d’un système déjà existant pour la mesure de la glycémie chez les personnes diabétiques.

Les deux cerveaux à l’initiative de ce projet, baptisé SafeStamp, Chennai Divya Seshadri et Meghan O’Neill, ne sont pas à leur coup d’essai. Il y a quelques temps elles avaient imaginé un soutien-gorge équipé de la même puce afin de dépister le cancer du sein.

Heineken intéressé par le projet

Si le SafeStamp n’est encore qu’à l’état de prototype, il a déjà reçu le soutien de la griffe Heineken, très intéressé par l’idée. En effet, la micro-puce ne coûte qu’un dollar et peut être intégrée aux tampons habituellement appliqués à l’entrée des boîtes de nuit. Le tatouage d’abord de couleur jaune, envoie de petites impulsions électromagnétiques qui attirent les ions contenus dans la sueur. La puce analyse ensuite le taux d’alcool. S’il est supérieur à la limite légale (0,5 gramme par litre de sang), il devient bleu. Le tatouage signale ainsi à son porteur et à son entourage qu’il n’est pas en état de prendre le volant.

Un test d’alcoolémie complètement passif qui pourrait sauver des vies, car il permet de prendre conscience de son état alors même que l’alcool induit des comportements à risques. En France, l’alcool est responsable d’un accident mortel sur trois, d’après les chiffres du site de la Sécurité routière.

Lire aussi : Hospitalisation : l’alcoolisme coûte cher à l’État
Lire aussi : Pour boire moins de bière, buvez dans un verre droit !

Joséphine Terreissa