Allergènes alimentaires : étiquetage obligatoire

C’est une nouvelle disposition d’un texte européen, publié dans le Journal Officiel. A partir du 1er juillet 2015 la présence d’allergènes alimentaires sera indiquée sur les emballages.

0
2027
A partir du 1er juillet 2015, devra figurer sur les produits préemballés la mention de la présence d’un ou de plusieurs allergènes. ©ShutterStock

Les allergies alimentaires touchent 1 à 2 % de la population. De la simple gène au choc anaphylactique, les conséquences diffèrent selon les personnes et le produit. Pour prévenir tous risques, l’Europe a édité un texte qui rend obligatoire l’indication de présence d’allergènes alimentaires sur l’étiquetage des produits. Cette réglementation européenne a été publiée dimanche 19 avril dans le Journal Officiel.

Un consommateur mieux informé

A partir du 1er juillet 2015, devra figurer sur les produits préemballés la mention de la présence d’un ou de plusieurs allergènes. Une règle qui s’applique également aux restaurants, cantines, traiteurs et rayons à la coupe des super et hyper marchés. Le décret prévoit ainsi que sont concernés les « denrées mais aussi [tout l’environnement] à proximité immédiate de façon qu’il n’existe aucune incertitude quant à la denrée à laquelle on se rapporte ». Les professionnels de la restauration devront également tenir à jour un document écrit sur la présence d’allergènes dans les plats proposés auquel le client peut avoir accès.

Pour le gouvernement, il s’agit là de « valoriser la qualité de [la] restauration, en renforçant l’information et la confiance des consommateurs », explique Carole Delga, secrétaire d’État chargée du Commerce et de l’Artisanat. Le consommateur sera ainsi informé des risques encourus, et en mesure de choisir en connaissance de cause.

Aucun traitement pour lutter contre les allergies

Les allergènes alimentaires concernés sont au nombre de quatorze et comptent : le gluten, les crustacés, les œufs, le poisson, les arachides, le soja, les produits laitiers, les fruits à coques, le céleri, la moutarde, le sésame, les anhydrides sulfureux et sulfites (additifs alimentaires), les lupins (fleurs) et les mollusques.

Aujourd’hui, la seule méthode pour lutter contre les allergies alimentaires reste d’évincer en partie ou intégralement l’allergène de son alimentation. Voici donc une bonne nouvelle pour tous les allergiques qui n’auront plus à scruter chaque emballage et étiquette à la recherche de la mention « susceptible de contenir des traces de » qui était souvent omise par les fabricants.

Lire aussi : Les allergies nuisent à la scolarité des enfants
Lire aussi : Le sans gluten : un régime ou une mode qui fait recette ?

Laurie Ferrère