Assurance pour chien : comment ça marche?

0
86

S’occuper d’un chien et veiller au maintien de sa bonne santé devient de plus en plus onéreux. Face à ce constat, se sont développés des assurances pour chien, qui tendent à devenir la norme, de par leur intérêt financier autant que pour leur facilité d’utilisation. Si vous n’avez pas encore sauté le pas, voici les informations à connaître avant de se lancer dans la souscription d’un contrat.

D’après une étude réalisée en 2018 par l’institut Facco-Kantar TNS, 7,3 millions de chiens vivent actuellement dans les foyers français. Pour les propriétaires de ces animaux, la santé de leur animal leur coûte en moyenne 800 € par an. Si ce chiffre semble important, il n’est rien comparé au pourcentage d’augmentation des consultations vétérinaires depuis une décennie. En effet, en moyenne, les prix pratiqués ont bondi de 70 %, pour une consultation qui est facturée 60 € environ de nos jours.

A quoi sert une assurance pour chien ?

Comme toute assurance, une assurance pour chien a pour objectif de prendre en charge une partie ou l’ensemble des frais médicaux liés aux soins que peut recevoir un chien. En contrepartie, le maître de l’animal paye mensuellement ou annuellement une prime, calculée en fonction de plusieurs critères : âge et race de l’animal, type de garanties souscrites, montant des plafonds de remboursement…

Pour le maître, souscrire une assurance pour son fidèle compagnon à quatre pattes a de nombreux avantages : dans un premier temps, faire des économies. En effet, il devient très vite intéressant de souscrire une assurance, même si son animal n’est pas victime d’accidents ou de maladie plus ou moins grave. Rien que les soins courants, voire les frais de vaccination ou de stérilisation sont plus élevés, dans la majorité des cas, que le coût annuel de l’assurance. Dans un second temps, l’assurance pour chien, et cela a été prouvé par plusieurs études, en Grande-Bretagne notamment, a pour effet de maintenir les animaux en meilleure santé, plus longtemps.

C’est assez logique finalement : face aux coûts élevés des frais vétérinaires, de nombreux propriétaires diffèrent les visites chez le vétérinaire, ou sont dans l’obligation de refuser des interventions plus lourdes. Avec une assurance, il n’y a pas de barrière financière, l’animal profite des soins nécessaires autant de fois qu’il en a besoin.

Comment fonctionne-t-elle ?

Une fois souscrite, sur la base d’un tableau de garanties et de différents plafonds de remboursement, une assurance pour chien est assez simple d’utilisation au quotidien, et rappelle finalement le fonctionnement de l’assurance santé ou des mutuelles pour les humains. Dès que l’animal semble malade, ou s’il a besoin d’un vaccin ou d’une visite de contrôle, il suffit de l’emmener chez le praticien vétérinaire de son choix.

Le montant de la consultation, ainsi que les frais annexes, sont avancés par le propriétaire, qui fait remplir par le vétérinaire une feuille de soins, prévue par l’assurance. Cette feuille est ensuite transmise à l’organisme, qui peut mettre en place le remboursement, sur la base du contrat signé entre les deux parties. Après quelques jours, ce remboursement est visible sur son compte bancaire. Enfin, la plupart des assurances prévoient un espace client en ligne, pour suivre au quotidien ses remboursements et l’utilisation des différents forfaits.

Les compagnies d’assurance possèdent également des numéros de téléphone de contact, qu’il est possible d’appeler à tout moment, pour connaître par exemple le montant des remboursements, avant notamment de valider une intervention coûteuse.

Comme pour toute assurance, la qualité et le montant des remboursements vont dépendre du type de garanties souscrites.

Les garanties de base

Les assurances pour chiens se décomposent principalement de deux types de garanties : les garanties post-maladie ou accident, et les garanties préventives.
Ainsi, chaque contrat prévoit un taux de remboursement pour tous les frais médicaux utiles à la suite d’un accident ou d’une maladie. Dans ces frais, on trouve les consultations vétérinaires, l’hospitalisation, la chirurgie ou encore le remboursement des médicaments prescrits par le vétérinaire. A cela s’ajoutent les frais d’analyses ou de radiologie et le remboursement des factures de séjour de l’animal suite à une intervention. Suivant le contrat, la prise en charge de tous ces frais varie entre 60 et 100 %.

Toutefois, il faut noter qu’il existe, dans la grande majorité des assurances, une franchise annuelle, qui varie entre 20 et 150 €. Cela signifie que l’assurance ne commencera à rembourser que lorsque le propriétaire de l’animal aura déjà dépensé le montant de cette franchise.

Enfin, les contrats prennent également en compte un plafond annuel, soit la somme maximale qui pourra être remboursée par le professionnel. Cela varie de 1 000 € environ pour les offres les plus accessibles à 2 500 € pour les contrats haut-de-gamme.

Au-delà de ces garanties, les assurances comportent des forfaits prévention : ils permettent par exemple la prise en charge de la stérilisation de l’animal, sa vaccination, son traitement antiparasite ou vermifuge ou encore son identification. Le forfait, selon la qualité de l’assurance, se limite entre 20 et 100 €. Au-delà, les frais restent à la charge du maître de l’animal.

Si ces deux types de garanties se retrouvent dans tous les contrats, avec des taux de prise en charge ou des montants évolutifs, d’autres garanties annexes sont parfois proposées par certaines assurances : il s’agit par exemple de l’aide en cas de deuil, de soutien aux démarches en cas de recherche de l’animal perdu, de la prise en charge de frais de garde du chien lorsque le propriétaire est malade.

D’autres contrats possèdent un service d’urgence, qui peut être appelé à tout moment, notamment lorsque l’animal a été victime d’un accident. Enfin, une responsabilité civile du chien peut être incluse, avec la prise en charge de frais si le compagnon à quatre pattes blesse un membre de l’entourage.

Il existe donc une grande disparité entre les différents contrats, avec des options très utiles dans certaines. Il est donc intéressant de demander plusieurs devis et de regarder précisément les différentes garanties pour trouver une assurance qui prenne en compte réellement les besoins de son animal.

Souscrire une assurance chien : à quoi faire attention ?

D’après une étude, sur les assurances pour chiens, réalisée par toutoupourlechien.comon compte une vingtaine de firmes qui ont investi le secteur de l’assurance animale en France. Chacun proposant entre trois et cinq niveaux de garanties, difficile de s’y retrouver parmi la centaine de contrats proposés.
Si les taux de garantie, le montant du plafond annuel de remboursement, de la franchise et des forfaits de prévention doivent irrémédiablement entrer en ligne de compte au moment de sélectionner son contrat, d’autres critères doivent être étudiés : ainsi, des contrats prévoient la non-prise en charge de plusieurs pathologies, courantes chez certaines races(maladies héréditaires ou génétiques comme par exemple la dysplasie de la hanche…).

De plus, l’âge du chien entre en jeu : en effet, il n’est plus possible, à partir d’un moment, de souscrire à une assurance pour son animal. Selon les assurances, cet âge maximal est de 7 ou 8 ans. Seuls les animaux assurés avant cet âge limite pourront continuer à l’être.

Enfin, il est nécessaire de prendre en compte les délais de carence : en effet, la plupart des contrats refusent le remboursement de frais à la suite d’un accident dans les 48 heures après la souscription. Ce délai de carence est porté à 45 ou 60 jours pour une maladie, voire même à six mois pour une chirurgie. Il est important d’être au fait de ces limitations qui peuvent avoir des répercussions non négligeables.

Même si des centaines de milliers de chiens sont actuellement assurées en France, cette pratique, très présente dans les pays anglo-saxons, est encore balbutiante en France. Face aux hausses des frais médicaux, elle devrait pourtant se démocratiser, ce qui ne peut être que bénéfique pour le maintien en bonne santé des chiens !

Les tarifs d’une mutuelle pour chien

Les tarifs d’une assurance (ou mutuelle, les deux noms sont utilisés) pour chien sont variables d’un contrat à l’autre. L’avantage est que chaque maître, même celui qui n’a pas énormément de moyen, peut trouver une assurance. Ainsi, pour une dizaine d’euros par mois, les contrats ne prévoient pas, ou très peu, de partie prévention. En revanche, près de 60 % en moyenne des frais médicaux suite à une maladie ou à un accident seront pris en charge, avec un plafond annuel de 1 000 € environ. Il s’agit ainsi d’une assurance pour les coups durs. Si l’animal a besoin d’être hospitalisé ou opéré, ce type d’assurance bon marché fera irrémédiablement baisser la note finale. Elle sera en revanche peu efficace pour le suivi habituel de l’animal.
Les assurances les plus privilégiées par les propriétaires de chiens possèdent une prime mensuelle qui tourne plus facilement autour d’une trentaine d’euros. Ces contrats ont l’avantage d’être très protecteurs pour les soins post-accident ou maladie, avec un plafond d’environ 2 000 € par an et un taux de remboursement de 80 % en moyenne. Mais ils possèdent également un forfait prévention qui facilite le paiement des vaccins et autre actions médicales de suivi.

Enfin, les contrats haut-de-gamme dépassent allégrement la somme de 50 € par mois. Ace prix-là, le propriétaire voit la quasi-totalité des frais être remboursés par l’assurance. Néanmoins, pour des animaux rarement malades, le coût du contrat sera trop élevé par rapport aux besoins réels.