Autocar : voyagez pas cher

S’évader en France pour beaucoup moins cher que le train, c’est désormais possible grâce aux nombreuses lignes qui voient le jour avec la libéralisation du transport en autocar de longue distance.

0
1554
Autocar : voyagez pas cher ©ShutterStock

Cinq millions de personnes pourraient opter pour l’autocar d’ici à la fin 2016 contre seulement 110 000 en 2013. 
La raison de ce soudain engouement ? La libéralisation du transport en bus longue distance, l’une des dispositions majeures de la loi Macron. La réforme autorise désormais le cabotage, c’est-à-dire l’acheminement de passagers pour les distances de plus de 100 kilomètres à l’intérieur du territoire français. Pour le vieil autocar, c’est une vraie renaissance.

Plus de lignes et de destinations

Le réseau de bus longue distance français
 est en pleine expansion. 148 villes sont déjà desservies et les voyageurs disposent actuellement d’une offre de plus de 
1 000 liaisons d’autocar dans l’Hexagone et de plus de 3 200 trajets vers l’étranger. L’effet de la loi Macron a été immédiat. En juin- juillet 2015, le nombre de personnes optant pour ce moyen de locomotion a augmenté de 68% comparé à juin-juillet 2014. « L’intérêt des voyageurs pour le bus est en forte croissance, on observe une évolution similaire à ce que l’on a connu il y a quelques années avec le covoiturage », remarque Yann Raoul, fondateur de KelBillet et Kelbus.

Parmi les villes françaises les mieux reliées au réseau, on retrouve d’abord les plus grandes villes 
du pays, Paris, Toulouse et Lyon qui comptent à elles seules 195 liaisons de bus parmi toutes celles existant sur le territoire français. Les autocars au départ de Rennes, Montpellier et Strasbourg permettent également d’atteindre plus de 25 destinations en France. Beaucoup de villes sont desservies par plusieurs transporteurs. Citons ainsi Eurolines France, Isilines, Ouibus, Starshipper, Alsa, Flixbus et Megabus. Le nombre de liaisons vers l’étranger a lui aussi augmenté. On en dénombre aujourd’hui plus de 3200 à destination d’autres pays européens.

Des prix imbattables

Le gros avantage de l’autocar, c’est son coût. D’après un rapport de l’Autorité de la concurrence publié en 2013, sur les dix liaisons les plus fréquentées, le prix au kilomètre des billets d’autocar s’élève, en moyenne,
à 0,12 euro contre 0,25 euro pour le TGV. Dans la réalité, les écarts sont souvent bien plus importants. Nous avons fait le test avec un billet aller Rennes-Paris. Cela revient à 9 euros avec l’autocar contre 65 euros minimum avec le train le même jour. Idem pour un Lyon- Montpellier : 10 euros avec l’autocar contre 40 euros minimum pour le train. Il faut dire que si les compagnies d’autocar multiplient actuellement les lancements de ligne, elles cherchent aussi à se démarquer de la concurrence en proposant des prix vraiment très intéressants. Flixbus propose ainsi des lignes promotionnelles dès 1 euro !

Même la SNCF joue la carte
 de l’autocar


Face à cette nouvelle offre, le train a peut-être du souci à se faire. La SNCF a en tout cas décidé de miser sur les deux tableaux pour récupérer ses clients passés à la voiture ou au covoiturage à cause des prix élevés du train. L’entreprise a lancé une offre de bus low-cost baptisée Ouibus. Elle a acheté des dizaines d’autocars et a noué des partenariats avec des autocaristes pour investir massivement le marché. La SNCF compte proposer 4 millions de voyages à partir de 5 euros vers 46 destinations en 2016. Principalement sur des axes peu couverts par le train ou sur 
des trajets où le covoiturage fonctionne bien. Les Ouibus sont équipés de prises électriques et de Wi-Fi pour que le voyage passe plus vite…

Comparer pour économiser

Le renouveau de l’autocar fait aussi les beaux jours d’une autre catégorie d’acteurs sur Internet, les comparateurs. Checkmybus, Kelbus, Busradar ou GoEuro notamment proposent aux utilisateurs d’identifier le meilleur prix pour leur trajet en autocars.

Comment ça marche ? Il suffit de préciser les lieux de départ et d’arrivée, la date et le nombre de passagers. Les sites donnent ensuite les tarifs les plus avantageux, en fonction des compagnies d’autocars qui desservent la destination. Un service gratuit qui permet de réaliser de belles économies. Mais si l’autocar est réellement avantageux en termes de prix, 
il n’en demeure pas moins qu’il ne faut pas être pressé d’arriver…

Économique et écologique ?

Certes, l’impact environnemental de l’autocar est moindre que celui de la voiture, de la moto ou de l’avion. Cela reste néanmoins plus polluant que le train. Prenons l’exemple 
d’un trajet de 200 kilomètres. Selon le comparateur de l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), le bilan carbone de l’autocar atteint 11,7 kilogrammes de CO2 contre
 2,36 pour le train grandes lignes et 0,64 pour le TGV.

Lire aussi :

Mal des transports : comment l’éviter ? 

– Pour votre santé, favorisez les transports en commun 

Solenne Durox