Baisse des allocations familiales : 15 % des plus hauts revenus concernés

Près de 15 % des Français les plus aisés seront touchés par la baisse des allocations familiales, a déclaré ce matin le premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Le seuil de revenus à partir duquel elles diminueront n’a pas encore été fixé.

0
1284
À date, tous les foyers français bénéficient d’allocations familiales, sans condition de ressources, à partir du deuxième enfant. - Image d'illustration ©ThinkStock

Interrogé ce matin par France Inter, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé qu’environ 15 % des Français aux plus hauts revenus seront concernés par la baisse des allocations familiales. Pas de précision, en revanche, sur le seuil de revenus à partir duquel elles seront réduites, celui-ci n’ayant pas encore été établi.

Rappel – À date, tous les foyers français bénéficient d’allocations familiales, sans condition de ressources, à partir du deuxième enfant.

Les allocations familiales resteront universelles

Le premier ministre a rappelé qu’il n’était pas question de revenir sur l’universalité de l’aide. « Toutes les personnes auront des allocations familiales mais à partir d’un certain niveau de revenus, ça sera progressif », a-t-il précisé.

Lire aussi : Allocations familiales divisées par deux, qui serait concerné ?

Le chef du gouvernement a indiqué que le dossier était encore en cours de traitement : « Je dois dans les prochaines semaines me rendre devant le Haut conseil (de la famille), où tous les partenaires autour de la table pourront débattre avec moi. »

Baisser les allocations pour réaliser 2,2 milliards d’euros d’économie

En mettant en place cette réforme, le gouvernement souhaite ramener à l’équilibre la branche « famille » de la sécurité sociale, dont le besoin de financement est d’environ 2,2 milliards d’euros à l’horizon 2013 (AFP).

Le 28 mars, sur France 2, le président François Hollande avait déjà annoncé vouloir modifier le système pour les plus hauts revenus, sans en dévoiler plus.

> Dans son rapport remis début avril au premier ministre, le président du Haut conseil de la famille, Bertrand Fragonard, recommande la réduction du montant des allocations pour les foyers les plus riches.

Damien Rigat