Baisses d’impôts : plus de 8 millions de foyers concernés

Lors de sa conférence de presse, ce lundi 7 septembre, François Hollande a confirmé des baisses d’impôts pour 2016, assurant qu’elles concerneront plus de 8 millions de foyers pour un montant total de 2 milliards d’euros.

0
792
Baisses d’impôts : plus de 8 millions de foyers concernés ©ShutterStock

« La politique de baisse des impôts se poursuivra en 2016. Deux milliards d’euros y seront consacrés et huit millions de foyers seront concernés », a annoncé ce lundi 7 septembre, le Chef de l’État lors de sa conférence de presse semestrielle à l’Élysée. L’année dernière, avec la suppression de la première tranche, la baisse avait concerné 9 millions de ménages, dont certains n’étaient donc plus imposables.

Ces baisses passeraient par l’impôt sur le revenu comme c’était déjà le cas lors des deux mesures précédentes, celle de 2014 pour un milliard d’euros et celle de 2015 pour 3,2 milliards d’euros.

Qui sera concerné ?

Ces baisses d’impôts devraient profiter en priorité « aux ménages les plus modestes ». « Les Français dans la première tranche de l’impôt sur le revenu seront les principaux bénéficiaires », a détaillé le Chef de l’État. En l’occurrence, ceux qui gagnent jusqu’à environ 20 000 à 25 000 euros par an pour une personne seule.

Une hausse des taxes est-elle à prévoir ?

Selon François Hollande, non ! Ces nouvelles baisses d’impôts seront « financées par des économies. Pas question d’augmenter des taxes pour financer des baisses d’impôts. Pas question d’augmenter le déficit qui s’élève à 3,8% de la richesse nationale en 2015 ». Des dépenses publiques seront ainsi réduites mais elles n’ont pas été précisées. En début de semaine dernière sur France Info, Michel Sapin, le ministre des Finances avait cependant donné quelques pistes quant aux moyens de financement de cet allègement fiscal. « Il y a des moyens avec les sommes considérables que l’Etat, les collectivités locales, la Sécurité sociale dépensent, avait-il déclaré. Si on baisse les impôts d’un côté, ce n’est pas pour les augmenter par ailleurs. »

Quant à la redevance audiovisuelle, le Chef de l’État a précisé qu’il n’était « pas favorable » à l’extension de cette taxe aux objets connectés. Des arbitrages seront rendus à la fin du mois.

Lire aussi : Impôts sur le revenu : que faire avec son enfant majeur ?

Justine Dupuy