Cancer de la peau : un traitement doublant l’espérance de vie autorisé en Europe

Les autorités sanitaires européennes ont autorisé ce mois-ci l’utilisation du Zelboraf, un nouveau traitement pour le cancer avancé de la peau. D’après une étude publiée mercredi dans le New England Journal of Medicine, il permettrait de doubler l’espérance de vie des personnes atteintes par le mélanome métastatique.

0
31080
Cancer de la peau : un traitement doublant l’espérance de vie autorisé en Europe ©ThinkStock

Voilà une nouvelle dont la lutte contre le cancer peut se réjouir. Un nouveau médicament, le Zelboraf, a été ce mois-ci autorisé en Europe pour soigner le cancer avancé de la peau. D’après une étude publiée mercredi dans le New England Journal of Medicine, il permettrait de doubler l’espérance de vie des personnes atteintes du mélanome métastatique, une tumeur des cellules qui pigmentent la peau et qui cause le décès chaque année en France de mille patients. Ainsi, en prenant ce traitement, le malade pourrait vivre en moyenne 15,9 mois après le diagnostique contre 9 mois en étant soigné par chimiothérapie. Actuellement, seule une personne sur quatre survit plus d’un an après l’apparition de la tumeur. Un gain de temps d’autant plus bénéfique que le nombre de personnes atteintes par ce type de cancer double tous les dix ans.

Le Zelboraf s’administre par voie orale et a pour but d’empêcher un gène mutant de produire une protéine indispensable au développement du cancer de la peau en question. Le traitement est une formidable avancée mais le mélanome métastatique reste très compliqué à soigner et les chances de s’en sortir sont faibles, surtout quand les cellules cancéreuses atteignent d’autres organes.

Produit par Genentech, la filiale américaine du laboratoire pharmaceutique suisse Roche, le médicament avait déjà été approuvé par les autorités sanitaires américaines en août 2011 puis lancé, d’après Les Echos, en Suisse, au Brésil, au Canada, en Israël et en Nouvelle Zélande. L’inde et l’Australie devraient bientôt les imiter.

Adrien Guiset