Cannabis : le Sativex autorisé en France

Le Sativex, un médicament à base de cannabis, devrait être commercialisé en France à partir de 2015. Le ministère de la Santé vient d’annoncer son autorisation de mise sur le marché.

0
1355
Le Sativex sera prescrit aux malades souffrant de sclérose en plaque. - crédit photo : AP ©Sipa

En octobre 2013, l’Europe émettait une recommandation favorable à l’homologation du Sativex en France. Ce jeudi 9 janvier, le ministère de la Santé a annoncé l’autorisation de mise sur le marché de ce médicament conçu à base de cannabis. La commercialisation du produit est attendue pour 2015. Une petite révolution.

Sativex : la prescription sera limitée à six mois

Le Sativex se présente sous la forme d’un spray buccal. Il sera prescrit aux malades souffrant de sclérose en plaque, comme c’est déjà le cas en Allemagne, au Royaume-Uni et en Suisse, pour soulager « les contractures sévères (spasticité), résistantes aux autres traitements », précise le ministère. Conçu par le laboratoire GW Pharcaceuticals, le Sativex devrait être vendu en France par le laboratoire Almirall.

> Lire aussi : Un comprimé de cannabis plus efficace qu’un joint contre la douleur

Seuls les neurologues et les médecins rééducateurs hospitaliers pourront rédiger la prescription, qui sera limitée à six mois, explique au journal Le Monde l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Comme tous les médicaments à base de stupéfiants, le Sativex sera dans un premier temps délivré pour vingt-huit jours. Cependant, les médecins généralistes pourront éventuellement renouveler l’ordonnance entre deux visites à l’hôpital. Les pharmacies auront le droit de vendre le spray mais elles devront le conserver à l’abri, dans un coffre sécurisé.

L’autorisation de mise sur le marché « est une étape préalable à la commercialisation du produit, qui interviendra à l’initiative du laboratoire », indique le ministère de la Santé. Des traitements conçus à partir de stupéfiants sont déjà prescrits en France. Il s’agit des opiacés, des substances dérivées de l’opium. Tout comme le sera le Sativex, ils sont soumis à une règlementation très particulière.

> Lire aussi : Les cannabis social clubs débarquent en France… Qui sont-ils ?

Cécile David