Cantine scolaire : menu végétarien obligatoire

Yves Jégo, député UDI, annonce vouloir déposer une proposition de loi qui rendrait obligatoire la présence d’un menu végétarien dans les cantines scolaires.

0
1515
Lancée vendredi 14 août, la pétition avait rassemblé en 24 heures quelques 4 700 signatures. ©ShutterStock

Alors que jeudi 13 août, le Tribunal administratif de Dijon avait rejeté le recours contre la suppression du menu de substitution sans porc dans les cantines scolaires, Yves Jégo, député UDI, a lancé une pétition afin de demander « une alternative végétarienne obligatoire dans les cantines scolaires ». Au-delà de cet appel, Yves Jégo entend également déposer dès la rentrée une proposition de loi sur le sujet.

Le soutien des politiques et intellectuels

Et le député de la Seine-et Loire sait très bien qu’il s’attèle là à un sujet sensible, « très polémique » et qu’il rouvre « une querelle de plus de 10 ans ». Pour autant, le menu végétarien est selon lui, la solution la plus adéquate : le menu végétarien obligatoire permettrait à « ceux qui ne veulent pas de viande ou de poisson, quelle qu’en soit la raison, de se nourrir de façon équilibrée ». Une alternative « simple et [qui] garantit l’apport en protéines » fait-il valoir.

Lancée vendredi 14 août, la pétition avait rassemblé en 24 heures quelques 4 700 signatures. Cécile Duflot, députée EELV (Europe Écologie Les Verts) n’a pas hésité non plus à affirmer son soutien à cette mesure. Tout comme Matthieu Ricard, écrivain et moine bouddhiste, qui dans une tribune publiée dans le journal Le Monde en mars dernier, vantait les mérites d’un plat végétarien : « Le plat végétarien […] est une solution laïque et œcuménique aux préférences alimentaires de chacun ».

Un dispositif sain et laïc

Des communes, dont Perpignan et Toulouse, n’ont, elles, pas attendu qu’une loi soit votée afin de proposer un plat végétarien dans leurs cantines scolaires, plutôt qu’un repas de substitution, « qui avaient un caractère confessionnel » explique Jean-Marc Pujol (Les Républicains), maire de Perpignan.

Pour Yves Jégo, cette proposition de loi est d’un « dispositif sain et laïc », et serait « une porte de sortie vers le haut », après dix ans de débat.

Lire aussi : Halal Test : détecter la présence de porc dans son plat en 10 minutes
Lire aussi : Payer des enfants pour qu’ils mangent des légumes ? Ça marche !

Laurie Ferrère