Carrière de femme : le mari avant tout

Selon une enquête de la Harvard Business Review, l’un des freins majeurs à la réussite professionnelle d’une femme serait le fait d’avoir un mari dont la carrière passe en priorité.

0
1785
Une enquête de la Harvard Business Review, se penche sur la cause de l’écart entre aspirations en début de carrière et réalité professionnelle. ©ShutterStock

Que les femmes soient pénalisées au travail, en termes de salaire ou de progression de carrière, ce n’est plus un scoop. Mais quelle en est réellement la cause ? Avoir des enfants ou avoir un mari trop ambitieux ? Menée par trois chercheuses en sociologie et en business, une enquête de la Harvard Business Review se penche sur les raisons de l’écart entre aspirations en début de carrière et réalité professionnelle.

Robin Ely, Pamela Stone et Colleen Ammerman ont interrogé plus de 25 000 diplômés de la prestigieuse université privée américaine. L’enquête est d’autant plus intéressante qu’elle met le coup de projecteur sur les détenteurs d’un MBA (formation de haut niveau en management). Il est donc inutile de préciser qu’à ce stade ils se destinent tous, quel que soit leur sexe, à assumer des fonctions de leadership.

Des aspirations professionnelles déçues

Du côté des hommes tout justes diplômés, plus de la moitié s’attendait à ce que leur carrière passe avant celle de leur femme. Pour ces dernières, la grande majorité espérait qu’une importance équivalente soit dédiée à chaque profession au sein du couple. La réalité leur a donné tort. 40 % des femmes avouent que la travail de leur mari est prioritaire. De même, 70 % des hommes interrogés reconnaissent que leur carrière passe avant celle de leur épouse.

Les chercheuses ont trouvé une corrélation importante entre le manque de satisfaction des femmes quant à leur carrière et un mari dont l’emploi passe en premier. La raison principale n’est pas l’abandon de poste pour devenir mères au foyer puisque l’étude montre que seulement 11 % des femmes auraient quitté leur travail pour se consacrer à l’éducation de leurs enfants à temps plein. Dans son livre Get to Work (2006), l’écrivaine Linda Hirshman encourage les femmes ambitieuses à épouser un mari moins fortuné qu’elles-mêmes . Controversé, le conseil est-il toujours dépassé ?

Dans son livre Get to Work ( 2006) l’écrivaine Linda Hirshman encourage les femmes ambitieuses à épouser un mari moins fortuné qu’elles-mêmes. Controversé, le conseil est-il toujours dépassé ?

La stigmatisation du fait d’être « maman »

Tenez-vous bien mesdames : le mari n’est pas la seule source de votre malheur. Un autre élément pointé du doigt est la mauvaise perception des mères. C’est une transformation implicite mais les demandes d’horaires aménagés, de temps partiel ou bien un simple break pour se dédier un temps au cocon familial constituent un frein majeur dans la progression professionnelle des femmes : elle ne sont alors plus considérées comme des « players » dans l’entreprise et subissent généralement une véritable stigmatisation (« mommy-tracked »).

Marie-José Weigel