Chirurgie : une augmentation mammaire temporaire

Un chirurgien plastique américain propose à ses clientes une augmentation mammaire non-définitive. Au bout de 24 heures, la poitrine "dégonfle" naturellement.

0
2325
Une injection saline dans la poitrine permet d'augmenter le volume mammaire pour seulement 24 heures. ©ShutterStock

Vous n’osez pas avoir recours à une augmentation mammaire ? Le Docteur Norman M. Rowe a peut-être trouvé la solution idéale pour vous. Ce chirurgien plastique de Manhattan (Etats-Unis) a en effet développé une méthode qui consiste à augmenter le volume de votre poitrine pour une durée de seulement 24 heures.

Comme l’explique le New York Times, le Dr Rowe propose ce service depuis quelques années pour ses clientes. Cette injection éphémère leur permet de mieux appréhender leur silhouette dans le cas où ces femmes sauteraient le pas définitivement. “Nous pouvons prendre des photos et les mettre sur des ordinateurs [pour simuler une augmentation mammaire], mais celles-ci sont parfois peu réalistes et peuvent mener à de faux espoirs”, explique le chirurgien. “Nous nous sommes dit : si elles ne sont pas sûres de vouloir des implants, injectons une solution saline dans leur poitrine et laissons-les vivre avec pendant 24 heures pour voir si elles aiment ça.”

Une poitrine gonflée temporairement (le produit se dissout naturellement) qui a fini par devenir un vrai business. Alors que cette intervention n’était jusqu’à présent proposée qu’aux clientes hésitantes, le Dr Rowe l’exerce aujourd’hui sur des femmes souhaitant “améliorer” leur corps le temps d’une soirée, d’un mariage ou d’un week-end. Coût de cette augmentation éphémère : 3 500 dollars (2 660 euros). Une somme exorbitante, surtout lorsqu’on sait qu’une intervention définitive coûte environ 4 000 dollars (3 000 euros) outre-Atlantique.

L’augmentation mammaire éphémère : quels risques ?

Si aucune étude scientifique n’a été menée sur cette nouvelle technique, le Dr Michael C. Edward, chirurgien plastique à Las Vegas, émet déjà des réserves. “Je ne peux pas réellement savoir s’il s’agit d’une pratique désastreuse mais dans tous les cas, vous allongez la peau, vous changez l’architecture de la poitrine”, un effet “yoyo” qui pourrait, à terme, endommager l’élasticité de la peau. De plus, le chirurgien souligne que cette méthode ne permet pas vraiment de savoir à quoi ressembleront les seins après l’opération définitive.

Mathilde Bourge