Comment rendre son CV attractif ?

La première phase de recrutement se base essentiellement sur un CV. Morgane Guichard, formatrice en écrits professionnels, nous explique comment sortir du lot en mettant en avant ses atouts sur une simple feuille au format A4.

0
2019
Surtout, ne jamais mettre de photo de vacances sur un CV ! ©ShutterStock

Actuellement, plus de 3 millions de Français sont au chômage. Un fléau qui touche toutes les couches de la population, des détenteurs du brevet aux diplômés des grandes écoles. Morgane Guichard, formatrice en écrits professionnels, nous explique comment optimiser ses chances de décrocher un emploi en rendant son curriculum vitae plus attractif, même sans expérience significative.

Comme le conseille cette professionnelle, le CV doit être adapté au destinataire. Tout le monde a un CV type qu’il peut envoyer à tous les recruteurs, mais il peut être modifié lorsqu’on connaît exactement l’identité de la personne à laquelle on s’adresse.

Vous n’avez pas d’expérience professionnelle

Les jeunes tout juste diplômés à la recherche d’un stage ou d’un premier emploi n’ont pas souvent grand-chose à énumérer sur leur CV.

Dans ce cas, mieux vaut miser sur ses compétences concrètes. « Si vous avez réalisé des projets au cours de vos études vous pouvez mettre en avant les compétences acquises », préconise M. Guichard. Pour cela, vous pouvez mettre une catégorie « compétences » en évidence au début du CV. Ceux qui ont déjà fait des stages, ne doivent pas hésiter à détailler les missions effectuées au cours de cet apprentissage, surtout si elles sont en adéquation avec le poste visé.

Vous avez cumulé les expériences professionnelles

Parce qu’une personne ayant travaillé toute sa vie peut se retrouver sans emploi du jour au lendemain, il est parfois utile de réapprendre les bases d’un CV. L’une des règles principales est de ne pas faire plus d’une page, au risque de lasser le lecteur. « Les candidatures se font de plus en plus par mail et il peut être désagréable d’ouvrir un document où l’on doit ‘scroller’ pour lire le CV en entier. Surtout lorsqu’on reçoit un tas de candidatures », prévient M. Guichard.

Pour que les expériences professionnelles d’une personne expérimentée tiennent sur une seule page, « on peut jouer sur les marges, la typographie, les interlignes », explique-t-elle.

Sur le fond, la personne doit également sélectionner les postes en rapport avec l’emploi visé sans pour autant évincer les expériences qui n’ont rien à voir. « Si vous avez un ‘trou’ de deux ans dans votre parcours, le chargé de recrutement va tout de suite le remarquer et vous piéger. Le mieux, c’est de mettre en évidence les expériences les plus significatives et de préciser le reste dans une partie séparée. Cela prouve au recruteur que l’on a été actif tout au long de sa vie et qu’on est débrouillard », commente la professionnelle.

CV : et le visuel dans tout ça ?

Lorsqu’on débute une carrière professionnelle, les expériences ne sont pas souvent très riches. Dans ce cas, mieux vaut mettre en avant sa formation en détaillant le contenu des diplômes obtenus. Une fois la vie professionnelle débutée, la section « travail » doit repasser au premier plan.

Concernant la forme du CV, inutile de se lancer dans une grande création artistique, sauf lorsqu’on postule pour un poste de graphiste ou autre métier où la créativité est un point essentiel. Sinon, on n’utilise pas plus de deux typographies. Pour varier les effets, mieux vaut miser sur la taille des caractères. Idem pour les couleurs : pas plus de deux. Petit conseil, mieux vaut imprimer un exemplaire de son CV pour voir si les couleurs choisies sont lisibles sur papier.

CV : une photo ou pas ?

« La photo n’est pas obligatoire mais elle aide le recruteur à mettre un visage sur un prénom, à humaniser la candidature », commente M. Guichard, qui rappelle que celle-ci doit rester sobre. « On ne met pas ses photos de vacances sur un CV, ce n’est pas professionnel du tout ! »

Enfin, pensez bien à toujours relire votre CV avant de l’envoyer et vérifier l’orthographe des entreprises dans lesquelles vous avez travaillé et/ou écoles où vous avez suivi une formation. Des recruteurs se formalisent parfois pour des détails, alors mettez toutes les chances de votre côté.

Mathilde Bourge