Companion, l’appli pour rentrer chez soi en sécurité

Peur de rentrer seul chez soi le soir ? Voici Campanion, l’application pour smartphone qui permet à vos proches de surveiller votre retour à la maison.

0
1805
Companion, l’appli pour rentrer chez soi en sécurité ©ShutterStock

Qui ne s’est jamais retourné plusieurs fois dans la rue pour voir s’il n’y avait pas quelqu’un qui nous suivait ? Rentrer seul tard le soir peut devenir en effet une expérience angoissante. Quatre étudiants américains ont eu la très bonne idée d’imaginer une application baptisée « Companion ». Celle-ci permet aux utilisateurs, principalement les femmes, d’être suivis à la trace par un de ses proches lors d’un trajet nocturne

Comment ça marche ?

Il suffit de rentrer son numéro de téléphone, d’indiquer sa destination et choisir votre « compagnon » dans votre carnet d’adresses. Ce dernier pourra surveiller votre retour à la maison grâce à la géolocalisation de votre téléphone qui s’actualise en temps réel.

Deux boutons sont disponibles. Un qui permet de signaler si un endroit vous rend « nerveux » et un autre qui permet de joindre directement la police en cas d’agression. Companion peut également détecter les signes d’un problème éventuel : si le portable est secoué ou tombé, si l’utilisateur court ou si les écouteurs sont déconnectés. En cas de problème, il envoie un message pour vous demander si tout va bien. Sans réponse de votre part, il alerte votre compagnon.

Éviter les agressions sexuelles

Selon les créateurs, l’un des objectifs de Companion est de lutter contre les viols et les agressions sexuelles sur les campus américains, dont environ une étudiante sur cinq en serait victime. L’université du Michigan, séduite par l’initiative, teste actuellement l’application.

Si elle principalement destinée à protéger les femmes, elle peut toutefois servir pour d’autres situations, comme par exemple pour surveiller un ami alcoolisé. Ainsi, vous pourrez être sûr qu’il rentre sain et sauf.

L’application est disponible pour Android et iOS. 

Lire aussi : Harcèlement dans les transports : un plan de lutte national

Marine Vautrin