Conduite : la somnolence tue 800 personnes chaque année

Selon un rapport publié ce lundi par 40 millions d’automobilistes, la somnolence au volant serait responsable de 800 morts par an. L’association recommande aux pouvoirs publics de moderniser les routes et de renforcer la prévention.

0
1811
Pour limiter les risques liés à la somnolence au volant, l'association 40 millions de conducteurs propose d'installer des marquages au sol avec des lignes sonores. - Crédit photo : Stockbyte ©ThinkStock

Il suffit de quelques secondes, d’un clignement de paupières… Le manque de sommeil tuerait chaque année 800 personnes, rapporte 40 millions d’automobilistes dans un rapport publié ce lundi. L’association propose de mettre en place différents dispositifs afin de limiter les assoupissements au volant.

Somnolence au volant : première cause de décès sur les autoroutes

La somnolence au volant représenterait près d’un quart des tués sur les routes et provoquerait 90 000 accidents chaque année. Elle serait la première cause de décès sur les autoroutes, précise Pierre Chasseray délégué général de l’association porte-parole des automobilistes.

Le problème, avec la somnolence, c’est que les automobilistes n’ont pas réellement conscience du danger qu’ils encourent en prenant le volant fatigués. Il suffit de 5 à 15 secondes pour dévier de sa trajectoire. Afin de mieux évaluer les risques potentiels, une étude avait été menée il y a trois ans sur le sujet. Au cours d’un trajet effectué entre Paris et Nice (environ 930 kilomètres), le conducteur s’était endormi au total onze minutes, sans s’en rendre compte (RTL).

Somnolence au volant : quelles solutions pour limiter les risques ?

              • Les solutions proposées par 40 millions de conducteurs : 

– renforcer la prévention ;

– mettre en place des marquages au sol avec des lignes sonores (dispositif peu coûteux selon l’association) ;

– développer de nouvelles technologies embarquées, comme les avertisseurs de lignes continues ;

– installer des glissières de sécurité sur les routes nationales (ce dispositif existe déjà en Allemagne).

Lire aussi : De la lumière bleue pour rester éveillé au volant

              • En attendant :

– bien dormir avant de prendre le volant (au moins 6h30-7h00) ;

– faire des pauses toute les deux heures + tasse de café ;

– si la fatigue se fait ressentir, s’arrêter et dormir pendant au moins 10 minutes.

> Selon la Sécurité routière, 50 % des conducteurs prennent le volant alors qu’ils manquent de sommeil.

Damien Rigat