masquer
Tourisme

Les Européens partiront moins en vacances cet été

Le 24/05/2012 à 11:40:20
Vues : 1017 fois JE REAGIS

Cet été, seulement 58% des Européens partiront en vacances, soit 8% de moins que l'année dernière. Cette chute du tourisme s'explique principalement par la crise, dont les répercussions sont loin d'être finies.

La crise de 2008 est loin d’être terminée et ses répercussions semblent augmenter d’année en année, dans certains secteurs.

Le tourisme est particulièrement touché par les évènements, puisqu’une étude menée par Ipsos pour Europ Assistance, révèle qu’à peine trois Européens sur cinq partiront en vacances cet été. Du jamais vu depuis 2005.

L’enquête, menée auprès de Français, Allemands, Britanniques, Italiens, Espagnols, Belges et Autrichiens, révèlent en effet que seulement 58% d’entre eux iront se dorer la pilule entre début juin et fin septembre. C’est une chute de 8% par rapport à l’année dernière, score inédit dans le baromètre réalisé en 2005 par Ipsos.

Des vacances envisagées différemment

Parmi ces 58% de départs, la moitié envisage des restrictions budgétaires, facteur numéro un dans le choix de la destination cette année.

Les séjours seront également moins longs et les touristes partiront moins loin. La plupart resteront d’ailleurs dans leur propre pays ou en Europe, où la France redevient championne des destinations préférées.

Le Maghreb et le Moyen-Orient seront en revanche désertés par les Allemands et Autrichiens, dû aux derniers évènements de révolutions arabes.

Des disparités selon les pays

Si le nombre de touristes chutent partout en Europe, ce sont les Sudistes, plus atteints par la crise, qui seront nombreux à rester chez eux cet été. «On constate une vraie rupture. Les intentions de départs d'été étaient jusque-là toujours comprises entre 60% et 66%, mais cette année le chiffre est tiré vers le bas par les Italiens, les Espagnols et les Anglais, qui ressentent fortement les effets de la crise», a déclaré à l'AFP le directeur général d'Europ Assistance, Martin Vial. Le repli est fort «dans les pays où la situation économique et sociale est plus incertaine», Europe du Sud en tête.

En Italie, 63% de la population partira en vacances, soit 15% de moins qu’en 2011. C’est la plus forte baisse jamais enregistrée. «Il n'y a aucun précédent d'une telle chute dans un pays», commente pour l’AFP Roberto Corbella, président de l'association des tour-opérateurs italiens Astoi. Dû à «l'incertitude générale, la crise, l'augmentation des impôts en Italie, les gens sont très prudents ».

Les Espagnols et Britanniques ne sont pas épargnés non plus. Les premiers seront 14% de moins à partir en vacances d’été que l’année dernière, soit 51%. Les seconds enregistrent une baisse de 10%, ramenant à 51% le nombre de départs.

Les Français font de la résistance

Seuls les Français seront plus nombreux à partir cet été. Selon l’étude, 70% d’entre eux iront se reposer loin de leur maison, soit 2% de plus qu’en 2011. «Les Français sont ceux qui font le plus de tourisme national, plus facile financièrement. Ils préservent aussi davantage leur budget vacances que d'autres Européens».

Les Grecs et les Portugais, grands absents du baromètre d’Ipsos, voient quant à eux l’offre augmenter fortement par rapport à la demande. «Les propriétaires portugais, tout comme les grecs, sont de plus en plus nombreux à mettre un bien en location, ils cherchent des rentrées financières», examine Xavier Rousselou, porte-parole de Homelidays, qui met en ligne 80.000 offres de locations de particuliers dont l'essentiel en Europe

Par Mathilde Bourge

Top articles
Réagir à cet article

Par anonyme | Me connecter




générer une nouvelle image