Coronavirus : les dromadaires, responsables de la transmission du virus ?

Selon une étude publiée dans la revue médicale The Lancet, les dromadaires pourraient faire partie des vecteurs de transmission à l’homme du nouveau coronavirus MERS-CoV.

0
1652
Les chercheurs poursuivent leur étude pour savoir si la transmission se fait par contact ou par ingestion de produits provenant des dromadaires contaminés. ©ThinkStock

Un nouvel élément vient d’être apporté par le corps scientifique à propos du nouveau coronavirus MERS-CoV. Dans une étude parue ce vendredi 9 août dans la revue The Lancet, une équipe de recherche internationale révèle que des dromadaires auraient pu contribuer à la contamination humaine.

Coronavirus : des dromadaires d’Oman auraient été en contact avec le virus

Depuis plusieurs mois, les virologues tentent, en vain, de comprendre comment le coronavirus MERS-CoV a pu être transmis à l’homme. Pour tenter d’y voir un peu plus clair, des chercheurs ont analysé des échantillons de sang prélevés sur 349 animaux. Il s’agissait, pour la plupart, de dromadaires, de chèvres et de vaches provenant de différents pays, dont Oman (Moyen-Orient), le Chili, l’Espagne et les Pays-Bas.

Les taux d’anticorps anti-coronavirus MERS-CoV présents chez 50 dromadaires du sultanat d’Oman laissent penser que les animaux auraient été infectés par le virus – ou du moins en contact avec lui – et auraient ainsi pu être, en partie, responsables de la contamination humaine. Ces anticorps ont également été détectés dans le sang d’une centaine de dromadaires originaires des îles Canaries, mais de façon moins importante.

Marion Koopmans, l’une des chercheuses ayant participé à l’étude, précise que l’équipe ne sait pas à quand remonte le contact et qu’elle doit « trouver le virus avant de pouvoir dire avec certitude qu’il s’agit du même que celui qui infecte les humains » (AFP).

Coronavirus : des recherches supplémentaires sont nécessaires

En Moyen-Orient, les dromadaires font partie du paysage. Ils sont souvent utilisés comme animaux de course mais aussi pour leur lait et leur viande. Les chercheurs poursuivent leur étude pour savoir si la transmission (si transmission il y a) se fait par contact ou par ingestion de produits provenant des dromadaires contaminés.

La majeure partie des individus infectés par le MERS-CoV sont des personnes déjà fragilisées par des maladies chroniques ou immunodéprimées. Le virus peut engendrer des problèmes respiratoires et une insuffisance rénale rapide. Les cas de transmission de patient à patient sont pour l’instant marginaux.

> Lire aussi : Faut-il avoir peur du coronavirus ?

Apparu en avril 2012 au Moyen-Orient, le nouveau coronavirus a jusqu’ici contaminé 94 personnes, précise le dernier bilan fourni la semaine dernière par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 46 d’entre elles sont décédées.

> Lire aussi : Coronavirus – premier décès en France

Damien Rigat