CV anonyme : pourquoi la loi n’est pas appliquée ?

Le groupe de dialogue contre les discriminations vient de remettre ses conclusions au gouvernement : il s’oppose à la loi sur la généralisation des CV anonymes. Mais qu’est-ce que la candidature sans nom ? Et quelles sont les alternatives possibles ? Réponses.

0
1193
34 % des français victimes de discrimination à l'embauche en 2015. ©ShutterStock

En 2015, plus d’un tiers des personnes à la recherche d’un emploi ont été victimes de discrimination à l’embauche. Pour lutter contre ces inégalités, le gouvernement a lancé en octobre 2014 un groupe de travail sur la « lutte contre les discriminations dans l’accès à l’emploi et au travail ». Ce rassemblement a remis ses conclusions au ministre du Travail, François Rebsamen, et au ministre de la Ville, Patrick Kanner, ce lundi 18 mai. Plusieurs solutions sont avancées, parmi elles l’abandon de la controversée généralisation du CV anonyme.

Qu’est-ce que le CV anonyme ?

C’est en 2006 que Jacques Chirac et son gouvernement votaient une loi rendant obligatoire le recours aux candidatures sans noms pour les entreprises d’au moins cinquante salariés. Dans un CV anonyme, les adresses électroniques et postales, le sexe, l’âge et la situation familiale ne sont pas précisés. Les noms et les prénoms sont, eux, remplacés par des initiales. Pour postuler anonymement, il est préférable de passer par des institutions spécialisées comme Pôle emploi, par des cabinets de recrutement ou dans certains cas par le recruteur seulement s’il est équipé d’un dispositif prenant en charge ces candidatures.

Mais le décret d’application de loi sur la généralisation des CV anonymes n’a jamais été publié : jusqu’à présent, l’obligation n’est pas effective. Le réseau associatif la Maison des potes a donc décidé de saisir en juillet 2014 le Conseil d’État pour que le gouvernement publie enfin le texte. C’est pour cette raison que le gouvernement a lancé le groupe de dialogue contre la discrimination à l’embauche. Verdict : les conclusions de ce rassemblement ne sont pas pour l’application de la législation mais plutôt pour sa modification.

Le CV anonyme n’est pas la meilleure solution

En effet, le président du comité de réflexion, Jean-Christophe Sciberras, recommande que les candidatures sans nom soient facultatives et non obligatoires. La mise en pratique de cette loi serait trop compliquée pour les demandeurs d’emploi comme pour les entreprises, notamment parce qu’il faudrait aussi rendre anonyme la lettre de motivation. Le groupe de dialogue explique également que la législation de 2006 nie la liberté de choix des entreprises sans être réellement efficace.

Il propose donc plusieurs solutions pour lutter contre les discriminations à l’embauche et à l’emploi en remplacement du CV anonyme. Il suggère notamment la réalisation d’une campagne nationale de lutte contre les stéréotypes, la mise en place de formations « obligatoires » en entreprises sur ces problématiques ou encore la création d’un poste de « référent égalité des chances » dans les entreprises de plus de 300 salariés. Le rôle de ce référent serait d’aider les employés victimes de discriminations mais aussi de conseiller les syndicats et les « managers ». Le groupe de dialogue préconise également la réalisation d’études « pour évaluer les gains économiques de la lutte contre les discriminations en entreprise ».

Depuis le vote de la loi sur la généralisation du CV anonyme, de nombreuses études et expérimentations ont évalué son efficacité. Si certaines concluent que la candidature sans nom peut être contre-productive, la plupart estiment au contraire qu’elle peut être efficace mais elle ne doit pas être le seul moyen de lutte contre la discrimination à l’embauche ou dans le monde du travail.

Lire aussi :

Comment décrocher un job à coup sûr ?

Entretien d’embauche : ce que l’on peut vous demander ou pas

Yuna Boudré