De l’herbicide retrouvé dans les tampons et serviettes hygiéniques

Selon une étude argentine, 85% des tampons et serviettes hygiéniques contiendraient des traces de glyphosate, un produit connu sous le nom commercial de Roundup.

0
757
De l’herbicide retrouvé dans les tampons et serviettes hygiéniques ©ShutterStock

En quoi sont fait les tampons et serviettes hygiéniques ? L’inquiétude est au cœur des débats actuels. Choquée par l’histoire de Lauren Wasser, une mannequin américaine amputée à la suite d’une infection provoquée par l’utilisation d’un tampon hygiénique, Mélanie Doerflinger, une jeune fille de 19 ans, avait en effet lancé une pétition sur la toile pour contraindre la marque Tampax d’indiquer sur ses emballages la composition de ses produits, alors absente jusqu’ici. Et ce n’est pas cette nouvelle étude qui va rassurer les femmes. Des chercheurs de l’université de Plata en Argentine se sont penchés sur la composition du coton utilisé dans ces produits d’hygiène féminine et ont découvert de l’herbicide !

Des traces de glyphosate

Pour mener à bien leur étude, les scientifiques ont analysé des échantillons de coton utilisé dans les tampons et serviettes hygiéniques mais aussi dans les compresses stériles. Les résultats sont alarmants puisqu’ils ont retrouvé des traces de glyphosate, un désherbant très puissant et classé par l’OMS comme « cancérigène probable ». Cet herbicide est connu sous son nom commercial de Roundup de la firme américaine Monsanto. 85% des serviettes et tampons hygiéniques en contiendraient. D’après les chercheurs, la présence de glyphosate s’explique parce que le Roundup est utilisé dans la plupart des productions de coton argentin.

Est-ce alors dangereux pour la santé ? Interrogé par le journal Ouest France, le docteur Laurent Chevallier, attaché au CHU de Montpellier et chef de l’unité de médecine environnementale explique que « ce pesticide ne s’accumule pas dans l’organisme mais les expositions répétées peuvent perturber le métabolisme humain ».

Lire aussi :

Une pétition pour connaître la composition des tampons 

Les députés rejettent la baisse de la « taxe tampon »

Justine Dupuy