De l’huile de poisson pour préserver son cerveau

Selon une récente étude américaine, les oméga-3 présents dans l'huile de poisson seraient particulièrement bénéfiques pour le cerveau. Ils protégeraient même les seniors contre la maladie d'Alzheimer.

0
3605
Les consommateurs d'huile de poisson ont un cerveau plus large et mieux préservé que les autres. - crédit photo : R_Szatkowski ©ShutterStock

De nombreuses études mettent en avant les effets positifs du poisson sur notre cerveau. Un article paru fin juin dans la revue Alzheimer’s and Dementia confirme ses bienfaits sur notre santé. Les auteurs indiquent, entre autres, que les oméga-3 présents notamment dans l’huile de poisson préservent le cerveau et pourraient ainsi limiter le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Les consommateurs d’huile de poisson ont un cerveau plus large

Dans le cadre de ces travaux, 819 seniors ont été mobilisés. Pendant trois ans, les scientifiques leur ont fait passer des tests neuropsychologiques et des IRM tous les six mois. Parmi les participants, 229 n’étaient touchés par aucun trouble cognitif au début de l’étude, 397 présentaient une diminution cérébrale et 193 étaient atteints de la maladie d’Alzheimer. Du côté des personnes ne souffrant d’aucun trouble, 117 consommaient régulièrement des compléments alimentaires à base d’huile de poisson.

Grâce aux IRM, les auteurs de l’étude ont constaté que les consommateurs d’huile de poisson avaient un cerveau plus large et mieux préservé que les autres patients. Ils ont remarqué, par exemple, que ces individus présentaient une moindre atrophie cérébrale (diminution de la taille du cerveau) au niveau des régions neurologiques les plus importantes. « Un cerveau large est un signe de bonne santé tandis qu’un cerveau rétréci augmente les risques de développer la maladie d’Alzheimer », précisent les chercheurs.

Les sardines et le saumon sont riches en oméga-3

Des recherches plus approfondies seraient nécessaires pour mieux connaître les effets possibles, à long terme, « de la supplémentation d’huile de poisson sur les marqueurs importants du déclin cognitif », indique le Dr Lori Daiello, spécialiste de la maladie d’Alzheimer à l’Hôpital de Rhode Island (États-Unis) et principal auteur de l’étude.

On retrouve des acides gras oméga-3 dans les poissons gras comme les sardines, le saumon et les anchois. En plus d’être bénéfiques pour le cerveau, ils permettraient également de diminuer le risque de problèmes cardiovasculaires.

Sur le même thème :

Lire aussi : Manger du poisson, est-ce vraiment bon pour la santé ?

Lire aussi : Du poisson gras pour limiter les risques de cancer du sein

Damien Rigat