De Saint-Emilion au Bassin d’Arcachon

Entre vignoble et mer, la Gironde est une terre de contraste. Suivez les 3 étapes incontournables que sont Bordeaux, la dune du Pilat et Saint-Emilion.

0
2503
De Saint-Emilion au Bassin d'Arcachon ©ThinkStock
  1. Saint-Emilion

    Notre balade commence par Saint-Emilion, magnifique cité médiévale fondée au VIIIe siècle, par un moine breton: Emilian. Au XIIe siècle, Saint-Emilion est devenue une place forte, défendue par deux kilomètres de remparts, six portes et un donjon-citadelle qui porte toujours le nom de tour du Roy.
    Aujourd’hui, l’architecture de ce bourg fortifié, construit en amphithéâtre dans une combe calcaire, reste tout à fait exceptionnelle.
    L’inscription de la juridiction de Saint-Emilion et de seshuit communes au patrimoine mondial de l’ UNESCO est exceptionnelle. C’est en effet la première fois que cet organisme classe un territoire viticole. Une preuve supplémentaire du remarquable ensemble de paysages et de monuments historiques du site de Saint-Emilion.
  2. Le bassin d’Arcachon et la dune du Pilat

    Résultat d’un extraordinaire accident de la nature, la dune du Pilat est aussi insolite qu’inattendue. La formation de la dune actuelle, dont la hauteur est passée en un siècle de 60 m à 118 m, provient de la destruction d’un énorme banc de sable, qui s’étendait au XVIIIe siècle en avant de la côte actuelle, et de l’apport constant de sable par le vent, notamment en provenance du banc d’Arguin.
    Longue de 2 700 mètres, large de 500 mètres et forte de 60 millions de mètres cubes de petits grains empilés, son altitude varie entre 102 m et 105 m.
    Idéale pour pratiquer le parapente (de juin à septembre), c’est la dune la plus haute d’Europe et, de ce fait, elle a été classée grand site national en 1978.
    Arrivé au sommet, vous bénéficiez d’un point de vue exceptionnel qui s’étend d’une part, sur une vaste forêt de pins et d’autre part sur l’entrée du bassin d’Arcachon et ses fameuses passes. Au premier plan le banc d’Arguin, puis, plus au large la presqu’île du Cap-Ferret.
    Si la dune subit l’érosion marine, elle progresse aussi chaque année de 1 mètre par an en moyenne vers la forêt.
    L’un des meilleurs moments pour découvrir le site est sûrement lors du coucher de soleil, ou encore lorsque la marée est basse, ce qui permet d’apprécier l’ensemble des bancs de sable.
  3. Petit détour par Bordeaux

    La découverte de la Gironde passe obligatoirement par Bordeaux. Le touriste averti ne manquera pas de lever le nez le plus souvent possible pour admirer les balcons et les façades, particulièrement le long des quais qui ont bénéficié d’un programme de rénovation.
    L’influence du XVIIIe siècle, extrêmement forte tout autour du Grand-Théâtre, contraste avec les ruelles étroites de Saint-Pierre. On s’enfonce plus encore dans le passé en allant vers le quartier Saint-Eloi, puis l’on revient vers des siècles plus proches en traversant la place Pey-Berland, entièrement ‘’refondue » pour les besoins du tramway, pour pénétrer dans l’architecture des années 1970 du quartier Mériadeck. Chaque secteur a su heureusement conserver son caractère et une unité qui fait la cohérence de l’ensemble.
    Enfin, Bordeaux s’attache depuis quelques années à valoriser les berges de son fleuve et à faire revivre sa tradition portuaire. Elle a ouvert au public et aux manifestations culturelles sa base sous-marine.
Romain David