Décès : qui était Margaret Thatcher ?

La Dame de Fer s'est éteinte à l'âge de 87 ans. Retour sur le parcours de l'ancien Premier ministre britannique.

0
2136
Margaret Thatcher et David Cameron en juin 2010 ©Sipa

La Dame de Fer n’est plus. Margaret Thatcher, ancien Premier ministre britannique (1979-1990) s’est éteinte ce lundi, à l’âge de 87 ans. « C’est avec une grande tristesse que Mark et Carol Thatcher annoncent que leur mère, la baronne Thatcher est morte paisiblement ce matin, à la suite d’une attaque », a déclaré Lord Tim Bell.

« Nous avons perdu un grand dirigeant, un grand Premier ministre et une grande Britannique », a déclaré dans un communiqué l’actuel Premier ministre David Cameron, membre comme Margaret Thatcher du Parti conservateur. Une tristesse partagée par la Reine Elizabeth, comme l’a annoncé le Palais de Buckingham, précisant qu’elle allait envoyer un « message de sympathie » à sa famille.

Le parcours de la Dame de Fer

Pour la plupart, Margaret Thatcher restera la « Dame de Fer ». Celle qui a mené le Royaume-Uni vers un libéralisme économique intransigeant.

Née à Grantham, dans le centre de l’Angleterre, en 1925, Margaret Hilda Roberts devient avocate en 1951. En 1959, elle rejoint le parti conservateur à la chambre des Communes comme député de Finchley (nord de Londres). Elle est nommée ministre de l’Education entre 1970 et 1974, et prend la tête des Tories en 1975. Enfin, de 1979 à 1990, elle devient la première femme Premier ministre du pays.

La maladie l’emporte

Après avoir posé sa démission, la baronne Thatcher s’installera à Belgravia, un quartier huppé de Londres, pour rédiger ses mémoires, puis se retirera définitivement de la scène politique en 2002, pour des raisons de santé. En 2005, la Dame de Fer est finalement hospitalisée. Le public n’apprendra qu’en 2008 que M. Thatcher souffre de démence sénile, oubliant parfois que son mari est mort – en 2003.

Hospitalisée lors des fêtes de fin d’année 2012, elle a subit une opération d’une tumeur à la vessie et était depuis en convalescence.

Maxime Quéma