Des éthylotest contrefaits saisis par les douanes

Les douanes françaises viennent de procéder à des saisies record dans différents aéroports. Les biens saisis étaient des éthylotests contrefaits en provenance de Chine.

0
2430
Des éthylotest contrefaits saisis ©ThinkStock

Alors qu’à partir du 1er juillet la législation française impose aux automobilistes d’être équipés à bord de leur véhicule d’éthylotest, certains sont tentés de les importer de Chine. Ces éthylotest sont effectivement à un prix bien inférieur à celui du marché européen mais sont également de véritables contrefaçons. Les douanes françaises ont ainsi saisi 19 500 éthylotests non conformes en provenance de Chine en seulement un mois.

« Ce type de marchandises doit contenir un rapport d’essai et un test de conformité fourni par l’opérateur, ce qui n’était pas le cas. L’usager court donc un risque d’obtenir une mesure non fiable de son taux d’alcoolémie », explique Gérald Astegiano, responsable des contrôles au fret. Le plus inquiétant étant qu’ils étaient destinés au marché grand public, a indiqué ce jeudi la Direction générale des douanes et des droits indirects (DGDDI).

Les éthylotests, un nouveau marché noir

Depuis le décret publié fin février, la détention d’un éthylotest dans tous les véhicules sera obligatoire à compter du 1er juillet. Le texte prévoit que le défaut de possession d’un tel équipement sera sanctionné à partir du 1er novembre par une amende de 11 euros. « Dans ce contexte, la tentation est grande pour les vendeurs de proposer des produits pas chers et donc pas sérieux », explique Marie-Catherine Kuntz-Pinguet, directrice des services douaniers azuréens.

Dans la saisie de 1 700 éthylotests à l’aéroport de Nice, « chaque éthylotest a été acheté 2,65 dollars par une micro-entreprise varoise qui comptait les revendre entre 20 et 30 €, contre des prix moyens compris entre 100 et 200 € pour ce type d’appareil de mesure », ont indiqué les douanes.

Et pourtant la DGDDI avait décidé d’anticiper ce risque d’importation d’éthylotests bas de gamme et donc pas cher mais également susceptibles d’être défectueux. Pour ce faire elle avait mis en place le mois dernier un programme national de contrôles, a pointé Jacqueline Plantier, chef de la Mission d’analyse de risque et d’orientation des contrôles à la DGDDI.

Des poursuites pourront être engagées contre le destinataire des éthylotest. « Dans les cas les plus graves, les destinataires de produits non conformes aux normes doivent s’acquitter d’une amende représentant une fois la valeur de l’envoi et peuvent aussi être poursuivis en justice », indique les douanes.

Maëla Priolet