Des « maris à louer » pour du bricolage à domicile

Le service de « maris à louer » arrive en Ile de France. Il permet à des femmes seules de bénéficier à leur domicile de l’aide d’amateurs de bricolage pour accomplir diverses missions du quotidien. Les associations féministes crient déjà au scandale.

0
6641

Frédéric Dusapin, 50 ans, chef d’entreprise dont l’activité a diminué ces dernières années, est le premier « mari à louer » d’Ile de France. N’y voyez pas un nouveau service d’escort boy, les « maris à louer » sont des hommes qui proposent leurs services à des femmes seules le plus souvent pour réaliser des petites missions de bricolage. Des « MacGyver » du quotidien en quelque sorte qui pour 30 à 40 euros de l’heure se déplacent à votre domicile pour des travaux tel que changer un pneu, colmater une fuite, poser une étagère, monter un meuble ou encore vidanger un véhicule. Interrogé par Le Parisien de mercredi, Frédéric Dusapin voit son activité comme « une possibilité donnée à la femme de se reposer sur un homme. Souvent elles ne sont pas capables de changer un pneu. C’est très handicapant au quotidien ». Sa première cliente, Annie, une divorcée 59 ans, était en tout cas ravie de sa venue, elle qui n’arrivait pas à résoudre une fuite d’eau sous son évier.

Un concept international

Le service de « mari à louer » existait déjà en France, à Nice, mais est né il y a 5 ans en Italie avant de s’exporter en Autriche et en Allemagne. Les Italiennes bénéficient notamment d’un réseau de 35 maris bricoleurs prêts à être loués pour accomplir des taches domestiques, et seulement des taches domestiques. « Je suis marié et père de deux enfants, ma fonction de mari à louer se limite aux travaux de bricolage ! » précise Frédéric dans le même quotidien.

Comme on pouvait s’y attendre, les associations féministes n’ont pas perdu de temps pour se faire entendre, prétextant que le concept, et surtout son appellation, présentait les femmes comme incapables de se passer de leur mari. La porte parole du service, Mariella Bellanca, a tenu à calmer le jeu en précisant que cela n’avait rien de machiste et qu’il ne fallait surtout pas le prendre comme tel. Si pour vous ce service est digne d’intérêt vous pouvez le retrouver en cliquant ici.

Adrien Guiset