Des photos érotiques de Claude François mises aux enchères

Beaucoup ignorent que Claude François, en plus d'être une star de la chanson, avait fondé la revue érotique Absolu ! Il prenait lui même les modèles, des femmes nues, en photo. Des clichés qui seront vendus aux enchères au mois de mai, à Paris.

0
8056
Claude François a fondé la revue coquine Absolu en 1974

Claude François et les femmes… une grande histoire. Si on savait qu’il aimait chanter pour leurs beaux yeux, on ignorait qu’il passait aussi son temps à les prendre en photo, nues ! Des clichés érotiques signés Cloclo vont être mis en vente aux enchères, le 25 mai prochain, à l’hôtel Drouot (Paris). La plupart proviennent des archives de la revue coquine Absolu (« Le magazine français de la sexualité ») fondée par le chanteur en 1974. Ce journal, dans la même lignée que Playboy, mettait en scène des jeunes femmes dans des poses plus que suggestives.

Grâce à cette expérience, Claude François était passé maître dans l’art du cliché érotique, mais n’a jamais signé aucune de ses photos de son nom de chanteur. Il utilisait le pseudo François Dumoulin, en référence au moulin de Dannemois, la maison où il vécut et réalisa la plupart de ses shootings. Malgré le succès de la revue, la star dut s’en séparer deux ans après sa création, pour éviter le scandale. Plusieurs fans de Claude François ne voyaient pas d’un bon œil la passion de leur idole…

Une mèche de cheveux de Claude François à 3 000 €

Trente-cinq ans après sa mort, va être organisée la première vente aux enchères entièrement consacrée aux objets cultes de Claude François depuis 1978. « Une année entière a été nécessaire pour constituer le catalogue, les collectionneurs et fans ne se séparent jamais facilement de leurs objets et documents », a expliqué l’étude Olivier Coutau-Begarie, qui organise l’événement. Plus de 250 lots ont été réunis, parmi lesquels, des costumes de scènes, des objets et documents personnels, une mèche de cheveux certifiée du chanteur et les diapositives originales des fameuses photos érotiques.

Côté prix, « il y en aura pour toutes les bourses », ont déclaré les organisateurs. Comptez tout de même 3 000 € pour la mèche de cheveux, entre 700 et 1 000 € pour des chemises de scène, entre 5 000 et 7 000 € pour un costume à paillettes noir porté en 1977 lors d’un show télé, entre 12 000 et 15 000 € pour une veste rouge du couturier Camp de Luca portée pour un concert d’adieu à Bruxelles, et entre 15 000 et 20 000 € pour un fauteuil alcôve de sa maison de Dannemois.

> Lire aussi : Fan de Cloclo, combien ça coûte ? 

Infos pratiques sur la vente aux enchères « Claude François » à l’hôtel Drouot :
Vente aux enchères publiques – Samedi 25 mai 2013
Expositions publiques – Vendredi 24 mai, 11h-18h, et samedi 25 mai 2013, 11h-12h

Vidéo de la vente aux enchères des objets de Claude François de 1978

Thomas Levy