Deux amis de longue date se disputent un gain d’un million d’euros

Deux septuagénaires, amis depuis 35 longues années, se disputent aujourd’hui pour le gain d’un jeu de hasard, s’élevant à un million d’euros. Le verdict du Tribunal d’Agen sera rendu ce vendredi.

0
1781

Tout commence le 31 juillet dernier, lorsque Messaoud Boudissa, 79 ans, se rend dans le bar PMU de son ami Cheikh Guendouzi, 73 ans. Le premier a l’habitude de parier sur les courses hippiques et joue parfois, comme ce jour-là, au jeu de hasard « Amigo ». M. Boudissa, n’ayant pas d’argent sur lui, demande à son ami, patron du PMU, de lui en prêter. Après avoir beaucoup insisté, il obtient finalement un billet de M. Guendouzi. « Tiens, voilà 20 euros. Si tu gagnes, on partage. Si tu perds, tu ne me devras que 10 euros ».

Après vérification du ticket dans une machine de la Française des Jeux, Messaoud Boudissa voit s’afficher les mots « Gros lot » sur l’écran, suivis d’une invitation à se rendre dans un centre de paiement de la FDJ pour connaître le montant exact de son gain.

Après avoir informé Cheikh Guendouzi du résultat, l’homme part du bar et se rend seul au centre de paiement, où il apprend qu’il a gagné 1 007 320, 56 euros. Il rompt alors le pacte passé avec son ami et empoche les gains pour lui tout seul.

L’affaire envoyée devant la justice

Apprenant la nouvelle, la famille du patron de PMU lui reproche alors d’avoir laissé M. Guendouzi se rendre seul au centre de paiement. Il leur répond juste qu’il « [avait] confiance » en son ami et ne pensait pas être ainsi trahi.

C’est alors que le patron décide d’envoyer l’affaire devant le Tribunal d’Agen. Selon Me Daniel Veyssière, l’avocat du plaignant, plusieurs témoins auraient entendu le deal passé entre les deux anciens amis. Il compte donc sur eux pour que justice soit faite pour son client.

De son côté, M. Boudissa affirme dans la Dépêche du Midi qu’il a « gagné tout seul ». « J’ai pris le ticket, j’ai touché. Personne n’a joué avec moi ».

L’audience a eu lieu le 13 mars dernier, mais le verdict ne sera rendu qu’aujourd’hui. Selon l’avocat de l’accusé, « Celui qui a le ticket entre les mains est le légitime détenteur des gains, sauf à prouver qu’il y ait eu un accord préalable entre les différents joueurs ».

En attendant, le Tribunal a tout de même procédé à une saisie conservatoire de la moitié des gains sur le compte de M. Boudissa.

Mathilde Bourge