Diesel : aussi néfaste que l’amiante

D'après les études menées, le diesel serait aussi néfaste pour la santé et l'environnement que l'essence. Des chercheurs tentent de dévoiler au grand jour ce scandale sanitaire.

0
4372
pollution ©ThinkStock

En France, 70% des voitures sont équipées d’un moteur diesel. Cet engouement s’explique notamment par le système des bonus/malus mis en place par le gouvernement, qui a dopé les ventes, mais aussi à cause du prix élevé de l’essence. Il est également souvent reconnu que les moteurs diesel consomment moins que les autres et émettent moins de CO² que les moteurs à essence, même équipés d’un pot catalytique.

Néanmoins, ces dernières années, le diesel est fortement remis en question par les chercheurs. Il serait, contrairement aux idées reçues, aussi néfaste pour la santé et l’environnement que l’essence. Ces méfaits sont de plus en plus dénoncés et font l’objet d’un scandale sanitaire encore méconnu.

Diesel : des émissions nocives

Les moteurs diesel rejettent des oxydes d’azote (NOx), qui seraient plus nocives pour la santé et l’environnement que le CO². Quant aux benzopyrènes, ces particules fines rejetées par le diesel, elles seraient à l’origine du développement de nombreuses pathologies.

Si beaucoup tentent de réduire leurs émissions grâce aux filtres à particules, cela n’empêche pas pour autant la dispersion dans l’atmosphère de la totalité des particules fines. Seulement 90 % sont filtrées, dans les meilleurs des cas, lorsque le matériel est très bien entretenu. Quant aux pots catalytiques sur les moteurs diesel, ils seraient assez inefficaces face aux oxydes d’azote.

Diesel et amiante, même combat

Cette dernière décennie, les chercheurs ont demandé une augmentation d’études physiopathologiques et épidémiologiques, afin de déterminer exactement les dangers liés à l’utilisation du diesel.

En 2000, des chercheurs suédois de l’hôpital de Karolinska, à Stockholm, ont ainsi démontré que les personnes fortement exposées au diesel, souvent pour des raisons professionnelles, avaient autant de risques de contracter un cancer des poumons que s’ils étaient en contact permanent avec de l’amiante.

En 2002, des scientifiques américains ont prouvé que les particules de suie liées aux moteurs diesel étaient tout aussi mauvaises pour l’atmosphère que l’émission de CO².

Diesel : « une véritable bombe à retardement »

Bruno Guibeaud, responsable d’Europe Qualité Expertise, un des plus grands réseaux automobiles français, a déclaré dans le Parisien que le diesel pouvait être à l’origine d’un important scandale sanitaire.

« Le filtre à particules ne s’attaques qu’aux particules sans faire de chimie fine. Or le diesel émet aussi des oxydes d’azote. Le pot catalytique, lui, ne fonctionne qu’à partir d’une certaine température, que les voitures n’atteignent pour ainsi dire jamais en ville. Résultat, les moteurs s’encrassent et émettent encore davantage de particules fines. Une partie des dispositifs antipollution mis en place ne font qu’accentuer le problème. La pollution est moins visible qu’autrefois, quand le diesel fumait noir, mais les particules fines et les gaz NOx sont toujours là et tuent tous les jours ».

Pour l’expert, le diesel est « une véritable bombe à retardement ».

Diesel : des solutions pour la santé et l’environnement ?

Face à tous ces bilans négatifs, les scientifiques estiment que le choix entre un moteur diesel et un à essence doit se faire au cas par cas. Ainsi, les personnes circulant peu et se déplaçant surtout en ville ne devraient pas prendre le diesel.

De plus, les chercheurs affirment que bannir les voitures plus âgées, censées polluer plus, dans les zones d’action prioritaire pour l’air (ZAPA), n’est pas une solution vraiment efficace. « Un diesel récent au moteur encrassé pollue autant qu’un vieux », affirme Bruno Guibeaud.

Les experts souhaiteraient donc que la priorité soit donnée à la recherche, permettant d’aboutir à l’élaboration de dispositifs anti polluants plus efficaces. La solution idéale serait la mise au point d’un carburant moins néfaste pour la santé de l’homme et l’environnement.

Au Japon, une solution radicale a été mise en place : les moteurs diesel sont tout simplement interdits dans les grandes villes.

Mathilde Bourge