Discrimination : les Français favorables aux sanctions

Selon un sondage réalisé pour le magazine Pote à pote, une majorité de Français estime que la mise en place de sanctions serait le meilleur moyen de lutter contre les discriminations.

0
1520
56 % des sondés sont pour le « testing », une méthode qui consiste à piéger publiquement un employeur ou un bailleur. ©ShutterStock

Selon un sondage Harris Interactive* réalisé pour le magazine de la Fédération nationale des maisons des potes (Pote à pote), 61 % des Français jugent que « durcir l’arsenal juridique » serait la solution la plus efficace pour lutter contre les discriminations. Un sentiment davantage partagé par les sympathisants de gauche (83 %), que de droite (53 %), rapporte Le Parisien ce vendredi 2 mai.

Discrimination : les Français sont pour l’action de groupe

La plupart des sondés (56 %) sont pour le « testing », une méthode qui consiste à piéger publiquement un employeur ou un bailleur. Ils sont aussi nombreux à se prononcer en faveur du développement de l’action de groupe (les class actions en anglais), des procès collectifs pour l’instant réservés aux litiges dans le domaine de la consommation. « Ces dernières années, les gouvernements successifs ont privilégié une politique de médiation. Mais, ce que les Français attendent, ce sont des procureurs qui cessent de classer les affaires et des juges qui frappent réellement au porte-monnaie les auteurs des délits », commente Samuel Thomas, porte-parole de la Fédération nationale des maisons des potes (Le Parisien).

Concernant l’anonymat des CV et des demandes de logements sociaux, 50 % des sondés pensent que ce système est inefficace en matière de lutte contre les discriminations. Selon eux, lorsqu’un employeur ou un bailleur ne veut pas d’un candidat, il trouve forcément un moyen de l’écarter du lot.

Sur le même thème :

Lire aussi : Les écoles privées accusées de discrimination

Lire aussi : Les diabétiques, victimes de discrimination à l’embauche ?

* L’enquête a été réalisée en ligne du 23 au 25 avril auprès de 1 445 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

Damien Rigat