Dopage : le FC Séville porte un maillot « Liberté, égalité… superioridad » en réponse aux Guignols

Lundi soir, lors d’une rencontre du championnat de football espagnol, le club du FC Séville a joué avec un maillot floqué du slogan « Liberté, égalité… superioridad ». Une façon douteuse pour les Andalous de répondre à la suspension d’Alberto Contador mais surtout aux derniers sketchs des «Guignols» tournant en dérision les grands sportifs espagnols et leurs supposées pratiques de dopage.

0
1865
Dopage : le FC Séville joue avec un maillot « Liberté, égalité… superioridad » en réponse aux Guignols ©SIpa

On savait les Espagnols très remontés contre la France depuis la suspension d’Alberto Contador de deux ans pour dopage, mais à ce point… Hier soir, lors de son déplacement sur le terrain de la Real Sociedad pour le compte de la 23ème journée de Liga, le championnat de football espagnol, le FC Séville portait un maillot sur lequel était écrit à la place du traditionnel sponsor «Liberté, égalité… superioridad». Soit les deux premiers termes de la devise française suivis de la traduction espagnole de «supériorité». Par cette initiative, le club andalou a «voulu franchir ainsi un pas supplémentaire au moment de manifester sa défense résolue du monde sportif espagnol» d’après sa direction.

Une réponse aux sketchs des «Guignols»

Il s’agit surtout d’une réponse aux attaques des «Guignols de l’info» qui à deux reprises ces derniers jours ont tourné en dérision dans des sketchs les supposées pratiques de dopage présentes dans le sport espagnol. Une première fois avec Rafael Nadal, une seconde fois avec plusieurs grands champions ibériques qui avait révolté le gouvernement espagnol.

Au delà de la suspension de leur cycliste star et des vidéos de l’émission satirique de Canal+, c’est tout un peuple qui se sent attaqué. Rafael Nadal avait même dénoncé «une campagne contre l’Espagne en général», vendredi dernier, signe que l’humour français ne passe pas dans un pays qui domine bon nombre de grandes disciplines (football, basketball, tennis, cyclisme…) et ne peut concevoir que le dopage y soit pour quelque chose.

Pour la petite histoire, malgré ce slogan d’un goût douteux (Les Guignols avaient au moins le mérite d’essayer d’être drôle), le FC Séville n’est pas parvenu à faire l’étalage de sa «superioridad», battu 2-0 par la Real Sociedad entrainée par le Français Philippe Montanier. C’est à se demander qui étaient vraiment les «Guignols» hier soir.

Adrien Guiset