D’où vient le son du craquement de doigts ?

Quand on les compresse, les doigts craquent. Ce bruit ne provient pas d’un frottement des os mais de la formation de bulles de gaz et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est inoffensif. À condition qu’il soit indolore.

0
8096
Le bruit provoqué lorsque l’on tire sur ses doigts serait dû à l’explosion de petites bulles de gaz au niveau des articulations. ©ThinkStock

Un « crac » et on se sent mieux. Se faire craquer les doigts est un moyen de déstresser… ou d’agacer son voisin. Mais, au fait, d’où vient ce bruit ? On pourrait croire qu’il provient de l’entrechoc des phalanges mais il est en réalité provoqué par l’éclatement de petites bulles de gaz. Et, contrairement à ce qu’on nous répète à tue-tête, le craquement quotidien de doigts ne serait pas dangereux pour les articulations. « Arrête ça, tu feras de l’arthrite quand tu seras plus vieux », sermonnent à tort les mamans.

D’où provient le bruit de craquement ?

Après plusieurs études basées sur des radiographies, les chercheurs s’accordent à dire que le bruit provoqué lorsque l’on compresse ou étire ses phalanges (ou ses vertèbres) serait dû à l’explosion de petites bulles de gaz au niveau des articulations. Ce « crac » survient lors d’un écartement brutal des surfaces articulaires. Cette augmentation de l’espace engendre une baisse de pression sur la synovie (liquide qui lubrifie les articulations). En clair, le liquide ne remplit plus entièrement l’articulation. S’ensuit un phénomène de cavitation : des bulles de gaz se forment sous l’effet de la dépression. C’est le même principe que lorsqu’on décapsule une cannette de soda.

Faire craquer ses doigts ne provoque pas d’arthrose

Se faire craquer les doigts et les vertèbres serait bénin, à condition de ne pas ressentir de douleur. Si c’est le cas, cela témoigne peut-être d’une pathologie et il est préférable de consulter un médecin. Par ailleurs, un craquement régulier serait déconseillé car il pourrait rendre les ligaments trop lâches et donc fragiliser l’articulation. Certains chercheurs ont mis en avant le fait que le craquement abusif entraînait une déformation et une diminution de la force des doigts.

> Lire aussi : Pourquoi nos doigts se fripent sous l’eau ?

D’autres scientifiques remettent totalement en cause cette hypothèse. Pour eux, le craquement des doigts est totalement inoffensif. Ils balaient ainsi une autre idée reçue : faire craquer ses articulations ne provoquerait pas d’arthrite. En 1998, l’allergologue Donal Unger commente dans la revue Arthritis and Rheumatism les résultats d’une étude qu’il a mené sur lui-même en faisant craquer au moins deux fois par jour les doigts de sa main gauche pendant 50 ans. Bilan : pas d’arthrite ni de quelconque fragilité au niveau des ligaments et des articulations, ses deux mains sont identiques. Une théorie récompensée en 2009 d’un Ig Nobel de médecine* et confirmée par d’autres travaux, publiés en 2011 dans le Journal of the American Board of Family Medicine. Quelles que soient la durée et la force du craquement, cette habitude ne semblait pas avoir eu d’impact sur l’arthrite des mains chez les témoins observés (échantillons composés de personnes âgées de 50 à 89 ans). Une bonne nouvelle pour les accros du « crac ».

> Lire aussi : Pourquoi le bruit d’une fourchette sur une assiette nous irrite ?

* L’Ig Nobel (« ignoble ») est un anti-Nobel. Au cours d’une cérémonie, les études sérieuses les plus insolites sont récompensées dans différents domaines.

Cécile David