Dubsmash, l’appli qui fait marrer les ados

Vidéos courtes, répliques cultes, selfies… il n’en fallait pas moins pour que l’appli Dubsmash, lancée il y a un mois, se hisse en tête des téléchargements. Présentation du nouveau passe-temps des ados.

0
2656
Le principe de Dubsmash : l’utilisateur sélectionne une réplique culte de film ou un extrait de chanson, et se filme en train de faire du playback dessus. ©Capture d'écran

Snapchat, Vine ou encore Instagram n’ont qu’à bien se tenir. Une petite appli, lancée mi-novembre par la start-up berlinoise Mobile Motion, est en train de se hisser au top des applications les plus téléchargées sur smartphone en Europe. Son nom : Dubsmash. Le principe ? L’utilisateur sélectionne une réplique culte de film ou un extrait de chanson, et se filme en train de faire du playback dessus. Et cela donne souvent un résultat hilarant…

La vidéo, très courte, s’enregistre dans la mémoire du téléphone, mais l’intérêt est bien évidemment de la partager avec ses copains pour les faire marrer ! L’envoi se fait en quelques secondes, via iMessage, MMS, Whatapps ou Facebook Messenger.

Dubsmash : une bibliothèque de sons bien fournie

Dubsmash a d’abord connu un large succès dans son pays d’origine, l’Allemagne, avant d’atteindre les Pays-Bas, la Belgique, puis la France. Un tel engouement provient en partie des répliques et musique proposées. Les inventeurs de l’appli ont fait en sorte d’adapter la « bibliothèque » en fonction des pays. La version française propose par exemple des extraits d’OSS 117, Astérix et Obélix, ou encore du Père Noël est une ordure, que les utilisateurs français connaissent par coeur. Mais ces derniers ont également accès aux classiques Star Wars, Terminator ou encore Reine des neige.

Le petit plus : Dubsmash propose d’enregistrer ses propres sons et de les rajouter à la bibliothèque. De quoi multiplier les séances « poilades » avec ses amis.

Vidéo de présentation de l’appli Dubsmash

Compilation des meilleures vidéos Dubsmash 2014

Lire aussi : Yo, l’appli sans intérêt qui cartonne

Thomas Levy