Education : les élèves de CE2 devront passer un test de français

La ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem annonce la mise en place d’un test de français dès la rentrée 2015 pour les élèves de CE2. Une mesure qui a pour but de lutter contre le décrochage scolaire.

0
1822
Jean-Paul Delahaye parlait du niveau scolaire comme une bombe à retardement. ©ShutterStock

De l’importance du français, de le comprendre, de le parler, et de pouvoir l’utiliser pour s’exprimer. Voilà toute l’ambition de Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l’Education a annoncé ce lundi 16 mars, la mise en place d’un test de français pour tous les élèves de CE2 pour la rentrée scolaire de 2015.

« Un enfant qui ne maitrise pas le français, qui n’arrive pas à exprimer ses idées, passera plus vraisemblablement par la violence ou par le rejet des autres que par la parole », explique Najat Vallaud-Belkacem.

Un test sous forme de QCM

Dès septembre 2015, les 850 000 élèves de CE2 devront donc passer un test de français. Un test et non un « examen » souligne la ministre de l’Education, qui devrait se faire « quinze jours après la rentrée » sous la forme d’un QCM (questionnaire à choix multiples ». Et de préciser qu’une évaluation en mathématiques devrait également être mise en place dès la rentrée prochaine.

Najat Vallaud-Belkacem souhaite, au travers de ce test, que les enseignants puissent « adapter dans chaque classe l’apprentissage » et lutter ainsi contre le décrochage scolaire. « Les résultats des petits français en lecture, en écriture (…) ne sont pas bons » et ils « n’ont cessé de dégrader ces dernières année » constate la ministre de l’Education.

Une école pour la transmission des savoirs

Déjà, il y a quelques années, Jean-Paul Delahaye parlait du niveau scolaire comme une bombe à retardement. L’ex-directeur général de l’enseignement scolaire, alarmait, en 2013, sur l’école qui « aggravait les inégalités ». « Il y a toujours des bons élèves, en revanche les élèves en difficulté sont de plus en plus nombreux », expliquait-il dans une interview.

C’est contre tout cela que veut lutter Najat Vallaud-Belkacem : « mobiliser cette école pour répondre à la question des transmissions des valeurs mais aussi des transmissions des savoirs » a-t-elle rappelé.

Lire aussi : Réforme du collège : quels changements sont à prévoir ?
Lire aussi : Pourquoi les enseignants font grève ?
Lire aussi : Vacances scolaires : bientôt de nouvelles zones ?

Laurie Ferrère