Election présidentielle: ce que les « petits » candidats proposent

0
201
Législative: la jeunesse se réveille
Législative: la jeunesse se réveille

Rapide tour d’horizon des programmes des « petits candidats » qui se présentent au premier tour de l’élection présidentielle le 23 avril.

Nathalie Arthaud, 47 ans, Lutte Ouvrière
La militante d’extrême gauche considère que le chômage n’est pas une fatalité. Pour lutter contre ce problème, il faut interdire les licenciements et les suppressions d’emplois. Pour elle et son parti, le chômage est un instrument pour précariser l’emploi : multiplication des CDD, des intérimaires, des auto-entrepreneurs, etc. Elle souhaite aussi indexer les salaires et les pensions sur les coûts de la vie en fixant à 1800 euros nets par mois, le seuil minimum. Elle considère qu’il faut lever le secret bancaire et le secret des affaires pour éviter aux plus riches de protéger leurs avoirs. Elle estime que les salariés doivent avoir accès aux informations financières de leur entreprise afin de privilégier la redistribution auprès des salariés et non des actionnaires.
nathalie-artaud.info

François Asselineau, 59 ans, Union Populaire Républicaine
Ce candidat de droite veut, en priorité, dénoncer les traités européens, sortir de l’Union européenne et de l’euro. Il est favorable à une France protectionniste et souverainiste. Il veut également que la France sorte de l’OTAN, considérant cet outil politique et militaire international comme contraire aux intérêts de la France. Il est en outre favorable à une augmentation du budget de l’armée, en voulant le faire passer de 1,6 % du PIB ( Produit Intérieur Brut) actuellement à 3 %. Il veut nationaliser certaines entreprises comme les sociétés d’autoroute ou encore Véolia. Pour augmenter le pouvoir d’achat des plus modestes, il est pour une hausse du SMIC de 12 %. Et il veut sauvegarder le statut de « salarié » aux travailleurs qui entretiennent un lien de subordination avec un supérieur.
asselineau2017.fr

Jacques Cheminade, 75 ans, Solidarité et Progrès
Il n’est pas le seul candidat à vouloir sortir la France de l’Union européenne et de l’euro. Mais il prétend que c’est pour refonder l’Europe et repartir sur de meilleures bases. Pour lutter contre le chômage, il espère pouvoir créer un million d’emplois sur 5 ans, notamment grâce à une politique des grands travaux, destinée entre autres à moderniser les infrastructures du pays. De plus, petite-enfance et troisième âge, feraient l’objet d’une politique volontariste.
Il veut aussi soutenir le pouvoir d’achat en indexant les revenus sur le coût de la vie et fixant dans les deux ans, le SMIC à 1700 euros bruts par mois. Il veut lutter contre l’optimisation fiscale des grandes entreprises et contre l’évasion fiscale également. Il est favorable à une refonte globale de la fiscalité.
cheminade2017.fr

Nicolas Dupont-Aignan, 55 ans, Debout la République
Ce candidat de droite milite pour la souveraineté de la France notamment sur ses frontières, ses lois et son budget. Pour ce faire, il entend dénoncer les traités européens. Pour lutter contre le chômage, il égrène plusieurs mesures : suspendre les dispositions sur les travailleurs détachés, encourager l’investissement en réduisant les charges ( de 30 %) et les impôts, exonérer les entreprises de charges pendant cinq ans quand elles embauchent un chômeur longue durée. Il est pour une hausse des salaires nets de 10%. Enfin, 75 % des achats publics doivent être contractés avec des entreprises produisant en France. Pour favoriser le made in France, il veut créer le label Tricolore qui serait décerné aux produits 100% français.
nda-2017.fr

Jean Lassalle, 61 ans, Résistons !
Ce célèbre député des Pyrénées-Atlantiques veut renforcer les services publics en recrutant 200 000 agents dans les secteurs de la santé, de l’enseignement, de la justice et des forces de l’ordre. Il est en outre favorable au rétablissement du service national ( militaire ou civil) pour les hommes mais aussi pour les femmes. Il veut financer la création de 300 000 places d’apprentis dans le secteur privé. Contre la financiarisation de l’économie et l’évasion fiscale, il veut baisser les impôts de l’ensemble des contribuables. Enfin, les communes devraient être libres de se rassembler ou pas en intercommunalité.
Jeanlassalle2017.fr

Philippe Poutou, 50 ans, Nouveau Parti Anticapitaliste
Il est l’auteur de la punch line ou phrase choc la plus mémorable de cette campagne : «  nous, on n’a pas d’immunité ouvrière ». Il défend un SMIC à 1700 euros pour 32 heures de travail hebdomadaire et une TVA à taux zéro sur les biens les plus nécessaires : alimentation, eau, énergie et livres scolaires. Il est pour une fiscalité progressive sur les revenus mais aussi sur les patrimoines. Au-delà de 260 000 euros de revenus par an, le taux de fiscalité serait de 100%. En ce qui concerne la taxe d’habitation, elle doit, selon lui, être calculée en fonction des revenus et non du logement. Enfin, comme l’autre candidate d’extrême gauche, il veut interdire les licenciements pour enrayer le chômage.
Poutou2017.org

Pour en savoir plus, retrouvez le programme des cinq candidats principaux dans notre numéro de mai disponible en kiosque et ne ratez pas l’émission politique de France 2, ce jeudi 20 avril à 20 heures. Au programme,  des entretiens de 15 minutes avec chacun des candidats.