Eliott Sarrey, lauréat du concours Google grâce à son robot jardinier

À seulement 14 ans, Eliott Sarrey a reçu le prix "incubateur" du concours scientifique pour les jeunes, Google Science Fair, pour son invention du robot jardinier piloté par un smartphone.

0
1547
Eliott Sarrey, lauréat du concours Google grâce à son robot jardinier ©Capture d'écran / Youtube

Le jeune Lorrain de 14 ans est devenu dans la nuit du 21 au 22 septembre le premier lauréat français du grand concours de Google organisé à destination des jeunes de 13 à 18 ans du monde entier. Il a remporté le prix « incubateur » pour son projet innovant, un robot jardinier baptisé « Bot2Karot » (prononcez botte de carotte). L’objectif, rendre le jardinage à la portée de tous ceux qui n’ont pas le temps de s’occuper d’un potager mais qui souhaitent toutefois cultiver leurs propres légumes du jardin.

Ainsi, ce petit robot peut « biner, arroser, repiquer ou encore percer des trous » à votre place, explique-t-il. Tout cela grâce à l’aide d’un bras mécanique. La machine peut être pilotée à distance via une application téléchargée sur un smartphone. Tout le monde pourra bientôt se targuer d’avoir la main la verte.

Un an pour développer son robot jardinier

En remportant ce prix, Elliott Sarrey a pu empocher la somme de 10 000 dollars (9 000 euros) et un mentorat d’un an durant lequel un tuteur viendra l’épauler pour développer son invention et à bien mener ses ambitions scientifiques.

Bot2Karot pourrait dans un futur proche être adapté pour un poulailler ou pour la culture de potagers urbains sur les toits.

Le collégien originaire de Meurthe-et-Moselle était opposé à 19 autres génies des sciences venus des quatre coins du globe. C’est une jeune Américaine de 16 ans, Olivia Hallisey, qui a remporté le grand prix du Google Science Fair pour son test de détection du virus Ebola. Elle gagne ainsi une bourse d’études de 50 000 dollars.

Eliott peut être très fier de cette réussite car il était le seul français sélectionné dans la compétition et à remporter un prix. En 2014, un autre Français était arrivé en finale, Guillaume Rolland, pour son réveil olfactif mais il n’avait pas été sélectionné parmi les lauréats.

 

Lire aussi : Nao : le robot à la mémoire d’éléphant

Marine Vautrin