Elle appelle 637 fois les gendarmes en deux jours

Le tribunal correctionnel de Bourges a condamné une jeune femme à six mois de prison, dont trois ferme, pour avoir appelé 637 fois la gendarmerie en deux jours la semaine dernière, sans raison valable.

0
1414
Selon l'expertise psychiatrique, la jeune femme souffre de « troubles graves de la personnalité », d'une « altération du discernement » et de « troubles anxieux et dépressifs ». - image d'illustration - crédit photo : Aaron Amat ©ShutterStock

Une femme de 24 ans a appelé 637 fois la gendarmerie en deux jours la semaine dernière. Le 19 août, elle a été condamnée par le tribunal correctionnel de Bourges à six mois de prison, dont trois ferme (AFP). C’est la onzième fois que la jeune femme, que l’on appellera J., se retrouve confrontée à la justice en raison de ses appels compulsifs au 17, qui la mettaient en relation avec le Centre opérationnel de gendarmerie (COG), ou pour des outrages aux gendarmes de Saint-Florent-sur-Cher (Cher), où elle habite.

Le substitut du procureur compare la jeune femme à un punching-ball

J. a été jugée mardi en comparution immédiate. Comme il s’agit d’une récidive, le tribunal a révoqué la peine qui lui avait été infligée en juillet (quatre mois de prison avec sursis, avec mise à l’épreuve).

Selon l’expertise psychiatrique, la jeune femme souffre de « troubles graves de la personnalité », d’une « altération du discernement » et de « troubles anxieux et dépressifs ». Le substitut du procureur, Emmanuel Delorme, juge le dossier « désespérant ». Il compare J. à un « punching-ball » : « Plus on tape, plus vous revenez, s’est-il agacé. Vous dites à chaque fois que vous allez arrêter, mais vous recommencez sans arrêt. C’est plus fort que vous ». La jeune femme a refusé l’hospitalisation.

Lire aussi :

Pompiers de Paris : le 112, pollué par les appels inutiles

En fuite, il atterrit dans… une école de police

Damien Rigat