Elle apprend son cancer du sein grâce à son émission TV

Une journaliste de la chaîne ABC News a appris qu'elle était atteinte d'un cancer du sein grâce à l'émission Good morning America.

0
1572
Amy Robach a appris son cancer après avoir passé une mammographie pour son émission Good morning America ©DR

Ce qui devait être une « simple » étape pour sensibiliser les femmes au cancer du sein a finalement sauvé la vie d’Amy Robach. Cette journaliste de la chaîne ABC News a découvert, après avoir passé une mammographie en direct pour le show ultrapopulaire Good Morning America, qu’elle était atteinte d’un cancer.

Fin octobre, cette grande blonde de 40 ans a passé l’examen pour les besoins de l’émission, en soutien à la vague October Pink Initiative, dont le but est d’encourager un maximum de femmes au dépistage précoce du cancer du sein. Bien que très impliquée dans cette campagne, Amy Robach a longuement hésité avant de subir cette mammographie à la télé. « J’étais un peu réticente au début. Mais j’ai 40 ans, j’ai l’âge mais je n’ai fait que repousser la chose pendant un an, raconte-t-elle dans un reportage diffusé sur ABC News le 11 novembre 2013. Parcourir le monde pour le travail, courir dans tous les sens pour mes enfants, entre l’école, les cours de danse ou de gymnastique… Comme beaucoup de femmes, je remettais tout le temps à plus tard. »

La correspondante s’est finalement décidé et a réalisé l’examen en direct dans un camion garé en plein New York, transformé en salle de radio pour l’occasion. La journaliste a passé l’épreuve avec le sourire, entourée de ses collègues, dont Robin Roberts, elle-même touchée par le cancer en 2008. Mais quelques jours plus tard, les médecins ont rappelé Amy Robach pour des examens complémentaires. Finalement, la jolie blonde a appris l’impensable la semaine dernière. « C’est encore très difficile pour moi de prononcer ces mots haut et fort, mais je suis atteinte d’un cancer du sein », livre-t-elle dans le reportage. Amy Robach espère que son histoire servira à l’avenir et incitera de nombreuses femmes à se faire dépister. « Je sais que je vais devoir livrer bataille, mais je suis aussi reconnaissante d’avoir pu passer cet examen ce jour-là grâce à Good Morning America », assure-t-elle.

video platformvideo managementvideo solutionsvideo player

> Lire aussi : Octobre rose : le dépistage du cancer du sein angoisse les femmes

Maxime Quéma