Elle raconte ses fraudes à Envoyé spécial et se fait pincer

Une jeune femme qui se vantait de frauder aux péages autoroutiers dans un reportage d'Envoyé spécial, en juillet dernier, vient d'être rattrapée par les gendarmes. Elle risque 400 euros d'amende.

0
4195
Une automobiliste qui racontait, dans un reportage d’Envoyé spécial diffusé le 5 juillet dernier, ses techniques de fraude aux péages autoroutiers, a été reconnue par la gendarmerie ©Fotolia

Le visage flouté n’aura servi à rien. Une automobiliste qui racontait, dans un reportage d’Envoyé spécial diffusé le 5 juillet dernier, ses techniques de fraude aux péages autoroutiers, a été reconnue par la gendarmerie et interpellée vendredi dernier. Elle et son compagnon – également dans le « mauvais » coup – doivent comparaître devant le tribunal correctionnel de Narbonne le 13 juin prochain.

Sans faire trop attention, les journalistes ont laissé passer un certain nombre d’indices, permettant aux gendarmes d’identifier la fraudeuse. Ainsi, en visionnant la vidéo, on apprend que la jeune femme est âgée de 25 ans, habite Narbonne et emprunte régulièrement l’autoroute A9 à hauteur de Sigean, dans l’Aude. La marque et la couleur de sa voiture sont également communiquées. La société qui gère l’autoroute a également filé un petit coup de pouce aux enquêteurs en leur confiant les images de vidéosurveillance. À partir de là, le travail d’investigation n’a pas été bien compliqué…

Fraude aux péages : la technique du petit train

Dans le reportage, la jeune conductrice, au RSA (revenu de solidarité active), se vante d’avoir économisé plus de 1 800 euros grâce à la technique du « petit train ». Le principe est simple : au péage, elle colle son automobile à celle qui la précède et profite de la levée de barrière pour se faufiler sans payer. « Je n’ai pas de sous à mettre dans l’autoroute, c’est une route que l’on a mis en place pour nous, pour aller plus vite, pour éviter de passer dans les villages. Et bien, on la prend, comme ça devrait être le cas, c’est-à-dire gratuitement », commente-t-elle en étalant tous ses tickets d’autoroute non utilisés.

Pour toutes ses effractions, le jeune couple encourt jusqu’à 400 euros d’amende, une peine de prison avec sursis et la confiscation de son véhicule.

Extrait d’Envoyé Spécial sur la fraude aux péages autoroutiers

Thomas Levy