Engagez un paparazzi privé pour vos vacances

Une agence américaine propose aux vacanciers d’engager un paparazzi pour immortaliser leurs semaines au soleil. Comptez 270 euros pour une séance sur la plage…

0
2085
Payez un paparazzi 270 euros pour qu'il vous photographie en vacances ©Fotolia

Qui dit « partir en vacances » dit « album photos au retour ». Malheureusement, tout le monde n’est pas doté d’un talent fou pour la photographie. Et entre clichés flous ou mal cadrés, les souvenirs risquent d’en prendre un coup sur le papier.

Heureusement, Allie Hawkins a eu LA bonne idée : la location d’un photographe personnel pendant quelques heures ou quelques jours. Bref, un paparazzi à domicile. Dans ABC News, elle déclare : « Il y a toujours un membre de la famille qui est le seul chargé de prendre les photos et qui ne se retrouve sur aucune. C’est habituellement la personne qui nous embauche pour capturer des souvenirs qui incluent tout le monde. »

Si l’idée peut paraître ridicule, elle fait pourtant de nombreux adeptes. D’après Allie, cette tendance est en plein essor et permet aux vacanciers d’envoyer des cartes postales originales et de confectionner de beaux albums photos, sur papier ou sur Facebook.

Facebook et le « m’as-tu vu ? »

Pour Genevieve Shaw Brown, journaliste d’ABC News, cette nouvelle mode n’est que la conséquence du développement des réseaux sociaux, où chacun cherche à prouver au reste du monde que tout va bien dans le meilleur des mondes : « Les gens veulent créer l’illusion qu’ils passent les vacances parfaites ou qu’ils ont la vie parfaite, et un photographe professionnel va certainement vous aider à faire cela. »

La notoriété coûte cher

S’offrir une séance privée de paparazzade n’est pas à la portée de toutes les bourses. Il faudrait compter 135 euros par personne pour trois heures avec un photographe à New York et 270 euros minimum pour immortaliser quelques instants sur les plages de Caroline du Nord. Certains professionnels proposent même leurs services sur l’ensemble du séjour des vacanciers, pour près de 700 euros par jour.

Maxime Quéma