Epilation du maillot : et s’il fallait arrêter ?

C'est quoi votre genre ? A la brésilienne ? Intégrale ? Peu importe, l'épilation du maillot ne serait pas très bonne pour la santé. Cette hypothèse confortera les plus douillettes mais mécontentera sûrement ces messieurs.

0
4253
l'épilation du maillot serait-elle risquée? ©DR

Pendant l’été, impossible d’imaginer se trimbaler sur la plage avec quelques poils qui dépassent du maillot de bain. C’est pourtant ce que préconise un médecin de l’université de Washington, Emily Gibson.

Cette directrice d’un centre de santé est bien décidée à faire la guerre à l’épilation du maillot, que de nombreuses femmes trouvent pourtant plus esthétique, plus hygiénique ou encore qui pensent que leur plaisir sexuel sera décuplé en l’absence de poils.

Pourtant, Emily Gibson dénonce les problèmes qu’elle a observé chez de nombreuses patientes, surtout les jeunes. Entre risque d’infection et de maladies sexuellement transmissibles, le tableau n’est pas glorieux. « L’épilation pubienne irrite et déclenche une inflammation des follicules pileux, laissant des plaies microscopiques ouvertes. Une épilation fréquente […] a pour effet d’entraîner une irritation régulière de la zone rasée ou épilée à la cire. Combiné à la lumière et à l’environnement humide des organes génitaux, cela devient un milieu propice à la multiplication des plus mauvaises bactéries pathogènes ».

Encore moins glamour ? Voici la liste des risques dressée par la scientifique : herpès, pustules, furoncles, abcès, cystites, mycoses et bien d’autres infections peu ragoûtantes. Le médecin explique ce phénomène par le fait que les poils, lorsqu’ils sont éliminés, ne peuvent plus jouer leur rôle de barrière et protéger les zones sensibles.

Nouvelle mode : la touffe ?

Ce qu’Emily Gibson ne comprend pas, c’est que les femmes veuillent à tout prix se débarrasser de leurs poils : “Les poils pubiens fournissent une sorte de coussin contre le frottement qui peut causer une abrasion et une infection de la peau. Ils offrent aussi une protection contre les bactéries. Ils sont le résultat visible des hormones adolescentes et nous n’avons pas en avoir honte ».

Bon, si les arguments de cette chercheuse ne vous ont pas convaincu et que la nouvelle coupe « on laisse tout pousser » ne vous tente pas plus que cela, quelques petits gestes réduisant les risques doivent être respectés. Il est important de souvent faire des gommages pour éviter les poils incarnés et les petits boutons. Et surtout, bien vérifier que son matériel d’épilation est propre !

Mathilde Bourge