Être gentil diminue le risque d’attaque cérébrale

Selon une étude américaine, les personnes agressives auraient plus de risques d'avoir une attaque cérébrale. La dépression serait également un facteur aggravant.

0
2123
Selon une étude américaine, les personnes agressives auraient plus de risques d'avoir une attaque cérébrale. ©ShutterStock

Être gentil, c’est bon pour la santé. D’après une étude publiée dans le journal Stroke de l’American Heart Association, être cynique et agressif augmenterait le risque d’avoir une attaque cérébrale chez les personnes d’un âge avancé.

Pour les besoins de l’enquête, 6 700 adultes âgés de 45 à 84 ans ont répondu à un questionnaire sur leur comportement et leur état d’esprit. Les personnes interrogées ont ensuite été suivies pendant huit à onze ans. Durant cette période, 147 ont subi une attaque cérébrale et 48 un accident ischémique transitoire (AIT). Les auteurs de l’étude ont ensuite constaté que les personnes qui se considéraient comme les plus agressives étaient deux fois plus susceptibles d’avoir une attaque cérébrale ou une AIT que les autres.

La dépression aussi augmente les risques

Grâce au même raisonnement, les chercheurs ont remarqué que les symptômes dépressifs augmentaient les risques de 86 %, quand le stress les élevait de 59 %. Cependant, la colère et la dépression ne sont pas entièrement associées à un risque plus élevé d’avoir une attaque cérébrale.

« On se concentre beaucoup sur les facteurs traditionnels de risque –le niveau de cholestérol, la pression sanguine, la cigarette etc–, et ils sont tous très importants. Mais une étude comme celle-là montre que les facteurs psychologiques le sont également », explique l’une des auteurs de l’étude, Susan Everson-Rose, professeur de médecine associée à l’université du Minnesota à Minneapolis (Etats-Unis). « Etant donné le vieillissement de la population, c’est important de regarder ces autres facteurs », prévient-elle.

Mathilde Bourge