Fonte exceptionnelle de la calotte du Groenland en juillet !

La calotte glaciaire du Groenland a connu un dégel exceptionnel au mois de juillet. Un phénomène qui se produit tous les 150 ans en moyenne.

0
10086
Fonte exceptionnelle de la calotte glaciaire au Groenland ©ThinkStock

Avec la météo désastreuse de cet été 2012, on pensait ne plus entendre parler de problèmes liés au réchauffement climatique, au moins pour quelques mois. Mais les derniers chiffres de l’agence spatiale américaine, la Nasa, montrent qu’au Groenland, la température continue de grimper, causant de sacrés dégâts…

En temps normal, la surface gelée de cette île de 2 200 000 km² fond en moyenne de moitié chaque été. Mais cette année, la Nasa a enregistré une fonte exceptionnelle de 97 % ! Un phénomène qui se produit tous les 150 ans environ. « C’est tellement sans précédent que je me suis d’abord interrogé sur le résultat : était-ce bien réel ou était-ce dû à une erreur de données ? », a commenté Son Nghiem, de la Nasa.

L’expert précise avoir constaté la disparition de la majorité de la calotte, en analysant les données d’un premier satellite, au 12 juillet. Des relevés effectués sur deux autres satellites confirment la découverte : au 8 juillet, près de 40 % avait dégelé. Quatre jours plus tard, ce chiffre atteignait 97 %…

Le niveau des océans va-t-il augmenter ?

Cette fonte exceptionnelle coïncide avec une importante et inhabituelle pression d’air chaud enregistrée au-dessus du Groenland cet été. La question cruciale sur laquelle vont maintenant se pencher les chercheurs est la suivante : ce phénomène va-t-il contribuer à la hausse du niveau des océans ? Habituellement, lorsque la calotte fond, la plus grande partie de l’eau regèle rapidement en altitude ou est stoppée par la glace au niveau des côtes. Or, cette fois-ci, cela ne s’est pas produit.

Quelques jours après cette observation, un bloc de glace de deux fois la taille de Paris se détachait de l’île du Groenland. Pour les scientifiques, c’est le réchauffement des océans qui provoquerait les ruptures de glaciers. 

Julie Toury