French Blue, la première compagnie française low cost long-courrier

Avis aux amateurs de contrées lointaines et de bonnes affaires. Le Groupe Dubreuil, propriétaire de la compagnie Air Caraïbes, a annoncé jeudi 17 mars l'arrivée prochaine de French Blue, la première compagnie low cost long-courrier française. La flotte desservira notamment la République Dominicaine dès septembre 2016.

0
1982
French Blue, la première compagnie française low cost long-courrier ©Airbus

Jusqu’à aujourd’hui, les compagnies low cost assuraient plutôt les vols court et moyen-courriers (qui durent moins de 5h). Pour se rendre dans des pays plus éloignés, il fallait se diriger vers les grandes compagnies. Quitte à parfois payer le prix fort. Aujourd’hui, les choses sont en passe de changer grâce à l’arrivée imminente des vols low cost long-courriers proposés par la nouvelle compagnie française, French Blue. À partir du mois de septembre 2016, la nouvelle compagnie du Groupe Dubreuil fera décoller ses avions depuis l’aéroport d’Orly pour s’élancer vers Punta-Cana, en République Dominicaine. En juin 2017, French Blue sera en mesure d’élargir son offre en proposant des vols vers la Réunion et l’Île Maurice.

French Blue veut rentabiliser ses vols

Pour exister sur le marché, et proposer des prix attractifs aux voyageurs, une compagnie low cost doit réduire ses coûts au maximum. Et parier sur des destinations susceptibles d’attirer un grand nombre de passagers. La République Dominicaine est une des destinations ensoleillées les plus privilégiées. C’est donc vers elle que French Blue orientera ses premiers vols directs à bord d’Airbus A330 flambants neufs. À l’intérieur, les clients pourront opter pour la classe économique composée de 350 sièges, équipés d’un écran tactile de 25 cm et de prises PC et USB. La classe « Premium Blue » propose un confort supérieur avec plus d’espace entre ses 28 sièges. Les passagers pourront tous bénéficier d’un accès wi-fi à bord.

Niveau tarifs, trois propositions : le tarif « Basic » idéal pour ceux qui n’ont aucun bagage en soute et qui veulent profiter du prix le plus bas ; « Smart » autorise une valise de 23kg maximum en soute, un repas, un snack, un apéritif et des boissons à bord ainsi que la possibilité de choisir son siège. Les clients de la catégorie « Premium » auront droit à des sièges plus confortables, deux bagages en soute, un repas complet avec du champagne et du vin, ainsi que d’autres privilèges. En revanche, aucun prix n’a été communiqué à ce jour. Cette annonce sera faite à partir du 7 juin, date de la commercialisation des billets sur le site www.frenchblue.com.

Toutefois, pour promettre des billets jusqu’à 30% moins chers, certaines prestations non comprises dans le prix du billet seront facturées. Par exemple, regarder un film à bord vous coûtera entre 5 et 10 euros. Pour mettre d’autres bagages en soute, un supplément vous sera demandé. De même en cas de petit creux à bord.

La compagnie compte aussi agir sur le personnel navigant. Le recrutement, qui a déjà commencé, s’axe davantage sur des personnels sans grande ancienneté. Leur rémunération sera donc moins conséquente. Même s’ils seront amenés à passer plus de temps en vol que leurs collègues d’Air Caraïbes : en moyenne, de 800 à 850h de vol par an (la limite légale s’élevant à 900h).

Les voyageurs sont prêts à voyager moins confortablement

D’après Emmanuel Combe, économiste spécialiste du low cost cité par Europe 1, « Prendre l’avion aujourd’hui, ce n’est plus un événement exceptionnel comme cela l’était il y a 30 ans. C’est devenu une commodité, donc les passagers acceptent de voyager de manière moins confortable que dans une grande compagnie. En échange, ils économisent de 100 à 200 euros et s’ils veulent plus, ils payent plus ». Si les passagers sont prêts à renoncer à leur confort, la compagnie peut envisager de remplir davantage ses avions en augmentant le nombre de sièges.

Le low cost long-courrier : un marché émergent

Comme le précise Jean-Paul Dubreuil, président du conseil de surveillance du Groupe Dubreuil cité par Le Monde, French Blue « se positionne sur un marché qui n’est pas encore développé en France, celui du low cost long-courrier ». Mais la compagnie française n’est pas non plus pionnière sur le marché mondial. La compagnie scandinave Norwegian proposera des vols vers New York et d’autres destinations américaines, au départ de Roissy, à moins de 180 euros. Eurowings (Lufthansa) vend quant à elle des vols moins chers vers Dubaï, et à partir de cet été vers Bangkok et l’Île Maurice.

Lire aussi : 

Voyager low cost : oui, mais à quel prix ? 

Ordinateurs, tablettes et smartphones bientôt interdits en soute

 

Noémie Koskas